analyse

Les candidats présidents se multiplient au MR

Christine Defraigne ©BELGA

Le départ de Charles Michel et de Didier Reynders met le parti en quête d’un nouveau chef. Un deuxième tour s’annonce de plus en plus clairement après le dépouillement du 21 novembre.

La route sera longue d’ici le 12 novembre. À cette date, les résultats de l’élection présidentielle au MR seront connus, avant un éventuel deuxième tour. Il faut s’y attendre tant il y a foule sur la corde à linge. Vendredi, une cinquième candidature est venue troubler le jeu de ce scrutin qui va redistribuer les cartes dans un parti confronté au départ de ses deux derniers grands chefs, Charles Michel et Didier Reynders. Clémentine Barzin, députée bruxelloise, se lance face à Denis Ducarme, Georges-Louis Bouchez, Phillippe Goffin et Christine Defraigne. Lundi, ces candidatures doivent être validées. Ou non. Deux militants se seraient aussi portés candidats, mais ils ne rempliraient pas les conditions définies par le parti. Faisons le point sur ces ambitions qui se multiplient pour mieux s’entrechoquer.

Nous avons deux candidats hennuyers, qui sont les mieux placés pour l’emporter. Denis Ducarme d’abord, ministre fédéral, a été le premier à se jeter à l’eau. Dans une volonté logique de rassembler, Denis Ducarme mise sur l’appui de la base plutôt que sur l’appareil du parti, qui ne lui est pas acquis. Il garde une image très droitière, notamment en raison de sa proximité idéologique avec Theo Francken, ex-secrétaire d’État N-VA. Il fait face à son bouillonnant rival montois, Georges-Louis Bouchez, qui lui aussi s’est volontiers affiché avec Theo Francken et dont la candidature est poussée par Charles Michel lui-même. Ducarme et Bouchez sont à couteaux tirés, surtout depuis que Denis Ducarme, président de la fédération hennuyère du MR, n’a laissé que la quatrième place à son benjamin sur la liste pour la Chambre. Malgré un bon score, Georges-Louis Bouchez ne fut pas élu.

"Clémentine Barzin va chasser sur les terres de Christine Defraigne et l’affaiblir."
Un député libéral

Il est aujourd’hui soutenu par la plupart des ténors du parti. On va citer pêle-mêle les ministres Jean-Luc Crucke, Daniel Bacquelaine, Pierre-Yves Jeholet et les députés David Clarinval, Sabine Laruelle, par exemple. Cette semaine se confirment les soutiens de Damien Thiéry, ex-député-bourgmestre de Linkebeek, ou encore de la cheffe de groupe bruxelloise Alexia Bertrand. Cette dernière est annoncée candidate à la présidence du MR bruxellois, abandonnée par Didier Reynders, en collaboration avec Vincent De Wolf. La bourgmestre de Jurbise, Jacqueline Galant, est aussi sur le point d’annoncer son soutien, confirme-t-on en interne. En bref, le Montois part largement favori.

Match liégeois

À Liège, deux candidats vont s’affronter. Le député fédéral Philippe Goffin, michelien de toujours et peu en phase (euphémisme) avec le chef provincial que demeure Daniel Bacquelaine. Cette candidature axée sur l’image de sérieux qu’entretient Philippe Goffin est aussi interprétée comme un barrage à Christine Defraigne, qui veut promouvoir l’aile gauche du parti et le libéralisme social. "Cette candidature fait peur", entend-on en interne. L’appareil craint que l’échevine liégeoise ne surclasse Denis Ducarme et se retrouve au deuxième tour face à Georges-Louis Bouchez.

"On s’attendait à ce qu’une femme se lance en dernière minute pour la contrer", dit un libéral. C’est ainsi qu’est perçue l’arrivée surprise de Clémentine Barzin dans le tableau. La Bruxelloise relève de l’aile gauche du parti. "Elle va chasser sur les terres de Defraigne et l’affaiblir pour renforcer GLB", analyse un député.

Tout cela fait un brin désordre. Jusqu’à risquer de faire exploser le MR? Il ne faut pas exagérer. "On assiste surtout à une recomposition interne entre différentes personnalités après une sanction électorale et le départ des deux derniers leaders du parti", résume Pascal Delwit, politologue à l’ULB. En la demeure, point de péril donc. Mais un beau nœud de tensions interpersonnelles.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect