Quand EDF Luminus invite Jeholet, Crucke et Fourny aux matchs des Diables

©Photo News

L’énergéticien a emmené, tous frais payés, l’ex-ministre de l’Énergie, Paul Furlan (PS) et les élus wallons Jeholet (MR), Fourny (cdH) et Crucke (MR) pour aller voir les Diables Rouges en France, lors de l’Euro 2016. Jean-Luc Crucke a été invité deux fois par EDF Luminus.

Des députés wallons de la commission Énergie du Parlement régional invités tous frais payés par EDF Luminus pour aller voir les Diables Rouges. C’est la (belle?) aventure à laquelle ont participé l’année dernière plusieurs élus wallons dans le cadre de l'Euro 2016. L’invitation avait été lancée en mai 2016, puis rappelée en juin pour assister au match du 13 juin de l’équipe nationale belge à Lyon. Plusieurs députés dont notamment Pierre-Yves Jeholet (MR), Dimitri Fourny (cdH) et Jean-Luc Crucke (MR), membres de la commission Énergie. Le ministre de l’Énergie à l’époque, Paul Furlan (PS), était également du voyage, accompagné de son chauffeur, de même que le CEO du Gestionnaire du réseau de distribution (GDR), Ores, Fernand Grifnée et le secrétaire général de Nethys (maison-mère du GRD Resa), Gil Simon. D’autres invités avaient aussi été conviés. Au total, une délégation d’une vingtaine de membres pour soutenir les Diables Rouges.

"EDF Luminus est sponsor des Diables Rouges et nous essayons de les suivre."
Porte-parole d'EDF Luminus

Le petit monde a pris le TGV à Bruxelles-Midi le lundi 13 juin à 10h43 avec arrivée à Lyon à 14h56 pour assister au match le soir dès 21h contre l’Italie. Un traiteur spécial a été pris dans les bagages pour assurer une restauration de qualité à nos joyeux supporters. Sur place, pas de logement à l’hôtel (ça reviendrait trop cher), mais logement dans un gîte "Les Maisons du bonheur" à Fleurie.

Centrale hydro-électrique

Le lendemain, pour joindre l’utile à l’agréable, certains membres du groupe ont visité un centre de contrôle d’une centrale hydroélectrique d’EDF sur l’Isère. EDF Luminus confirme la réalité du voyage, tout en précisant qu’il répondait à un objectif pédagogique. "La technologie de la centrale hydroélectrique est semblable à celui du projet que nous envisageons sur la Meuse. D’où ce voyage auquel nous avions convié des chefs de groupes politiques au Parlement, le ministre Furlan et d’autres acteurs. EDF Luminus est sponsor des Diables Rouges et nous essayons de les suivre", nous a confié la porte-parole.

860 euros
Le voyage payé par EDF Luminus représente environ 860 euros par personne.

Selon nos informations, le voyage à Lyon aurait coûté un peu plus de 17.000 euros, soit quelque 860 euros par personne. Une autre source interne chez l’énergéticien précise qu’une invitation juste pour aller visiter la centrale hydroélectrique n’aurait pas eu beaucoup de succès. Contacté par nos soins, le député wallon Jean-Luc Crucke dit avoir décliné l’invitation pour le match, parce que sans objet pour lui. Mais il a rejoint le groupe le mardi 14 juin pour partager le gîte et le couvert ainsi que le retour au bercail le mercredi. S’il a refusé l’invitation du 13 juin, le bourgmestre de Frasnes-lez-Anvaing a par contre accepté celle du vendredi 17 juin pour aller voir le match des Diables Rouges contre l’Irlande le 18 à 15h à Bordeaux. Départ avec Ryanair de Brussels South Charleroi Airport le 17 et retour le dimanche 19 juin. Logement à l’hôtel Mercure Bordeaux Château Chartrons. "J’ai accepté cette invitation parce que le stade de Bordeaux abrite une importante installation photovoltaïque et que cela m’intéressait de le voir", nous a confié Jean-Luc Crucke.

Contactés par nos soins, beaucoup de députés disent ignorer l’escapade footballistique de leurs congénères. Ils soutiennent que cela jette de la suspicion sur le travail parlementaire et donne l’impression d’une connivence malsaine. Le fait d’avoir accepté l’invitation d’EDF Luminus suscite d’autant plus l’incompréhension à l’égard des députés qui font partie de la Commission Énergie et de l’ancien ministre de l’Énergie. "Ils sont amenés à se positionner un jour ou l’autre sur des textes ou des initiatives dans le secteur de l’énergie qui pourraient impliquer le groupe qui les a invités", peste un cacique du parti libéral.

Le député MR Pierre-Yves Jeholet ©BELGA

Certains font remarquer qu’un voyage rassemblant des députés de la commission Énergie, les gestionnaires des réseaux de distribution et le ministre de tutelle fait mauvais genre et laisse penser à une opération de lobbying qui ne dit pas son nom. Dans le camp adverse, des socialistes ne peuvent pas s’empêcher de relire le voyage aujourd’hui à la lumière de la commission d’enquête parlementaire sur le scandale Publifin. "Ceux qui donnent des leçons de gouvernance et d’éthique doivent d’abord balayer devant leurs portes", observe-t-on dans les rangs socialistes au Parlement wallon. "C’est probablement une opération montée pour déstabiliser la commission d’enquête parlementaire sur Publifin. Je ne vois que ça. Je pourrai comprendre la critique si le voyage a eu lieu maintenant et que des députés y ont participé. On pourrait penser à l’arrêt Spaghetti dans le dossier Dutroux, mais ça n’a rien à voir", relativise Jean-Marc Crucke.

Connivence inacceptable

Le député Dimitri Fourny pense aussi que l’information sur le voyage d’EDF Luminus est une fuite organisée par la bande à Nethys. "Il n’y a rien de secret, ni de caché. Nous avons été voir un match de football sur invitation d’EDF Luminus et j’ai participé le lendemain à une réunion de travail sur l’hydrolien en lien avec un projet sur la Meuse chez nous. Au stade actuel, ce projet n’a pas encore abouti", s’emporte le bourgmestre de Neufchâteau.

"J’ai accepté cette invitation parce que le stade de Bordeaux abrite une importante installation photovoltaïque et que cela m’intéressait de le voir."
Jean-Luc Crucke
Député wallon

Contacté par nos soins, Francis Ghigny, l’ancien président du régulateur régional de l’Énergie (Cwape), estime "tout ce qui peut laisser penser à une connivence anormale est inacceptable". Il reconnaît qu’il y a des initiatives qui peuvent constituer des initiatives de "networking utiles". "On va devoir être encore plus sévère. À la Cwape, de mon époque, la règle est que toute invitation doit d’abord être déclarée", dit-il.

Contacté par nos soins, le greffier du Parlement wallon nous a indiqué qu’aucune règle n’existe actuellement obligeant les députés à informer le Parlement des invitations de ce genre qui leur sont adressées. Pour lui, celles-ci et leur acceptation relèvent de questions d’ordre éthique laissées à l’appréciation de chaque député.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect