Baisse des droits de donation en Wallonie

©BELGA

Dans le cadre de son exercice budgétaire, le gouvernement wallon a décidé de favoriser les donations immobilières. Il faudra aussi 5 ans de plus aux véhicules anciens pour devenir des ancêtres.

La rigueur budgétaire qu'assume le gouvernement wallon "n'est pas un but en soi" et n'empêche pas, "malgré les circonstances difficiles, de continuer à investir", a commenté le ministre-président wallon Paul Magnette en présentant le budget wallon 2016.

Le gouvernement wallon a en effet décidé de réduire le déficit budgétaire d'un tiers l'an prochain, en s'appuyant notamment sur la future redevance kilométrique des poids lourds, mais aussi sur 131 millions d'euros d'économies nouvelles sur les dépenses, tout en dégageant 185 millions pour des politiques nouvelles. La coalition PS-cdH garde ainsi le cap d'un retour à l'équilibre en 2018.

Le vice-président cdH Maxime Prévot a souligné l'absence de taxes nouvelles et Jean-Claude Marcourt l'absence d'économies supplémentaires sur les titres-services. Voici le budget en détail:

Du côté des recettes

  • 155,6 millions sont attendus de la redevance kilométrique des poids lourds qui entrera en vigueur le 1er avril prochain,
  • Des recettes nouvelles sont budgétées via à l'encouragement aux donations immobilières (10 millions), pour lesquelles les droits seront réduits. Les détails ne sont pas encore connus, mais Christophe Lacroix, le ministre en charge du Budget, annonce des baisses de taux pouvant aller jusqu’à 50% pour certaines catégories.
  • Cinq autres millions sont attendus en repoussant de 5 ans (de 25 ans à 30) l'âge d'un véhicule donnant accès au système ancêtre, un durcissement justifié par des motifs écologiques.
Christophe Lacroix (ministre du Budget): "les 32% de réduction envisagée du déficit ne pénalisent pas notre capacité à intervenir quand le besoin s'en fait sentir." ©BELGA

Au total, 190 millions d'euros de recettes supplémentaires sont attendues, notamment par un meilleur recouvrement des taxes régionales (5 millions) ou des dividendes d'entreprises (15 millions).

Du côté des économies

"Cet exercice budgétaire s'inscrit dans la continuité de l'ensemble de nos engagements: il ne s'agit pas d'une austérité qui serait payée par le citoyen ou les opérateurs de l'économie."
Paul Magnette

  • Les économies décidées en début de législature (réduction de dotations OIP, gel de dépenses dites facultatives, etc.) permettront d'épargner 130 millions en 2016.
  • Un effort supplémentaire de 131 millions portera sur des corrections dites techniques, la gestion active de la charge de la dette et de nouvelles réductions de crédits des différents ministres (21 millions).

Du côté des nouvelles politiques

  • 10 millions d'euros sont prévus pour le parcours d'intégration des primo-arrivants,
  • 75 millions pour le plan infrastructures,
  • 50 millions pour le plan numérique ou encore,
  • 4,8 millions d'aides supplémentaires aux agriculteurs.


Venant de 555 millions en 2015, le déficit budgétaire serait ainsi ramené à 375 millions d'euros en 2016, avant un nouvel effort d'environ 180 millions en 2017, pour arriver à l'équilibre fin 2018, toutes choses restant égales par ailleurs, selon l'équipe Magnette-Prévot.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect