Eolien wallon: les sujets qui fâchent pour le prochain gouvernement

Dessiner une cartographie de l’éolien en Wallonie? Ce sera pour le prochain gouvernement… ©Siebe Swart/Hollandse Hoogte

Les sujets qui fâchent, cartographie de l’éolien et répartition des lots, sont refilés au gouvernement qui sera issu du scrutin du 25 mai prochain.

À quelques semaines du scrutin du 25 mai et alors que la campagne électorale est entrée dans le vif du sujet, la tension risque de monter d’un cran entre partenaires politiques au sein des gouvernements. Au niveau wallon, c’est entre le cdH et Ecolo que les sujets de discorde remontent à la surface. C’est le cas du fameux dossier éolien. Adopté par le gouvernement de la Région wallonne il y a une dizaine de jours, on s’attendait à ne plus en entendre parler avant son passage au Parlement, si du moins les députés ont le temps de voter le décret avant les élections.

C’était sans compter les dernières tractations politiques qui ont entouré l’adoption du projet au gouvernement et qui font passer à la trappe le découpage de la Wallonie en 30 lots. Exit aussi les chiffres précis d’énergie productible par lot. Voici donc un énième rebondissement dans un dossier porté par Ecolo et qui aura embêté le gouvernement depuis le début de la législature.

Sur le fond, l’objectif poursuivi par les ministres Ecolo Philippe Henry (Environnement) et Jean-Marc Nollet (Énergie) est toujours là les ministres veulent sortir de la logique "premier arrivé, premier servi" et répartir de manière non anarchique le déploiement des mâts dans les campagnes. L’objectif de production de 3.800 GWh à l’horizon 2020 est également maintenu.

Il manque néanmoins l’outil pour y arriver car le texte a été vidé de sa substance… "C’est un nouveau lifting consensuel par rapport au texte initial", répète-t-on dans certains cabinets politiques à Namur. La raison? Face à l’impopularité de ce décret, le gouvernement a préféré jouer la carte de la prudence avant les élections et refile les sujets qui fâchent (cartographie et répartition des lots) au prochain gouvernement. Bref, pour certains, "le gouvernement a échoué à encadrer le développement des éoliennes en Wallonie".

Cacophonie

Désavoué dans son projet alternatif de petit éolien le long des autoroutes, le cdH ne se prive pas pour dire "que les Ecolos sont loin de ce qu’ils voulaient au début de la législature". De son côté, un ministre wallon souligne les points qui ont été biffés dans le document final.

La principale surprise vient donc de la disparition des 30 lots répartis à travers la Wallonie. Ce point avait été mis en avant par les deux ministres Ecolo en décembre 2013 pour contrer la levée de boucliers qu’avait provoqué leur projet au sein des communes wallonnes, qui voient d’un mauvais œil l’arrivée d’éoliennes sur leurs territoires. Pour contourner la fronde des municipalistes, les ministres Henry et Nollet avaient décidé de retirer la carte géographique litigieuse en la remplaçant par une Wallonie découpée en 30 lots. "Les spécificités locales seront donc bien prises en compte dans les cahiers des charges au moment où les appels d’offres seront lancés", soulignait à l’époque Jean-Marc Nollet.

Cette alternative est donc aujourd’hui balayée. Contacté, le cabinet du ministre Henry se veut plus nuancé. "C’est vrai que les 30 lots ont disparu du projet final mais le principe de base est acquis. C’est le prochain gouvernement qui devra décider du nombre de lots et d’y attribuer des objectifs énergétiques". Ecolo accuse au passage le cdH de "surfer sur la protection des riverains" et s’inquiète des capacités des centristes à dire "oui" au gouvernement et tirer dans le dos au Parlement.

Bref, on reparlera certainement de ce décret après le 25 mai. D’ici là, 800 mâts éoliens font l’objet d’une demande de permis et leur développement pourrait être validé sous le régime tant décrié du "premier arrivé, premier servi"!

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content