Face au numérique, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne

Les établissements scolaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles ne sont pas tous parés pour l'enseignement à distance. ©REUTERS

Les écoles et les familles en Belgique francophone ne disposent pas toutes des mêmes armes numériques. Le recours à l'enseignement à distance, encouragé alors que les cours sont suspendus, doit en tenir compte.

La suspension des cours due à l'épidémie de coronavirus ouvre une voie royale à l'enseignement à distance. Le recours à celui-ci doit toutefois prendre en compte les spécificités des écoles et des foyers en Fédération Wallonie-Bruxelles, sans quoi il pourrait s'avérer contre-productif, estime l'expert de la plateforme Digital Wallonia, André Delacharlerie.

"Tout d'abord, notre enseignement n'a pas du tout été préparé à ça. Les plateformes d'enseignement existent plic-ploc à l'intérieur des écoles. Certaines ont fait l'effort d'en avoir, mais pas toutes. Il n'y a jamais eu jusqu'à présent de stratégie précise pour favoriser leur développement", assure-t-il.

"Si on voulait rendre ce type de travail systématique, on risque uniquement d'aggraver la fracture, car les meilleurs avanceront, tandis que les autres feront du sur place."
André Delacharlerie
Expert de la plateforme Digital Wallonia

Selon lui, certains établissements sont donc "plus ou moins" bien préparés pour proposer des solutions à distance, mais d'autres ne le sont clairement pas. "En voulant rendre ce type de travail systématique, on risquerait uniquement d'aggraver la fracture, car les meilleurs avanceront, tandis que les autres feront du sur place." À cet égard, André Delacharlerie voit d’un œil favorable "le balisage" de l'enseignement à domicile, décidé ce mardi par la ministre de l'Éducation, Caroline Désir (PS), et les différents pouvoirs organisateurs (voir ci-dessus).

Accès à domicile

Si les écoles ne sont pas égales, il en est de même pour les familles, qui ne disposent pas toutes des dispositions techniques indispensables au suivi d'une telle forme d'enseignement.

5 à 7
%
Cinq à sept pourcent de la population wallonne d'âge actif est encore en situation de fracture numérique.

 En Wallonie, par exemple, la fracture numérique a été clairement cartographiée. Elle concernerait encore environ 20% des citoyens, principalement des personnes plus âgées. "Pour autant, 5 à 7% de la population d'âge actif se trouve aussi en situation de fracture numérique. Les mères seules avec enfants sont typiquement une classe très désavantagée", explique Delacharlerie.

La possibilité prochaine d'un confinement de la population complique encore la donne. "Dans certains ménages, on a un ordinateur ou une tablette qui suffisent largement pour les usages ordinaires. Par contre, si les parents doivent télétravailler, les enfants suivre des cours... on va se retrouver avec un petit souci", pointe-t-il.

Enseignants

Dans cette crise du coronavirus, notre expert voit cependant une opportunité, celle de proposer aux enseignants inoccupés temporairement des formations au numérique. "Ces derniers cherchent des solutions pour leurs élèves. Il y a une énergie et il faut la capter", lance-t-il, avant de conclure: "Après la crise du coronavirus, le demain numérique de l'école ne sera plus le même."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés