Publicité
reportage

Le cap des 2 millions de bouteilles se rapproche pour les vignobles wallons

©Kristof Vadino

Si les caprices de la météo ont freiné la production de vin wallon cette année, le cap symbolique des 2 millions de bouteilles devrait être franchi l'an prochain.

Déjà touchées par les gelées tardives d’avril, et après deux années de sécheresse, les pluies abondantes de juillet propices au développement du mildiou ont fait des ravages dans les vignes avec une baisse moyenne de 20 à 30% des volumes. Un épisode qui ne devrait cependant pas freiner le développement du secteur.

200
Selon Pierre Rion, président de l'association des vignerons de Wallonie, la Wallonie compte aujourd’hui 200 vignobles pour une superficie plantée d’un peu plus de 300 hectares.

À Nouvelles (Mons) ce lundi, le soleil est coquin et nargue les derniers vendangeurs du domaine du Mont des Anges. Après un week-end pourri, les bénévoles se pressent à récolter les dernières grappes de chardonay, de meunier ou de pinot noir plantées en 2018 sur ce coteau jadis bâti par Louis XIV comme renfort lors de sa conquête de Mons.

Cette fin de vendange sonne comme un soulagement après une année noire durant laquelle la nature n’a pas fait de cadeaux au raisin. "Cette année, les grappes sont rares. Et vendredi, nous avons dû avancer les vendanges, car on se faisait manger tout ce qui restait par les étourneaux", explique Vincent De Busscher, copropriétaire du domaine.

Cet ancien banquier de HSBC garde le sourire, et la passion du métier appris en champagne pour réaliser le vin effervescent du Mont des Anges reprend vite le dessus. "Avec les gelées d’avril et le mildiou, c’est environ 30% de la production qui est perdue. L’année dernière, nous étions arrivés à récoler 16 tonnes de raisins et on espérait en avoir 25 tonnes cette année. On sera plutôt entre 10 et 12 tonnes. C’est surtout le mildiou qui nous a fait du mal." Par un excès d’humidité le matin et de chaleur l’après-midi, ce champignon s’installe sous les feuilles et s’attaque aux fruits. "Les gelées noirs d’avril (quand le froid vient du ciel) ont été maîtrisées par une éolienne mobile, des canons à chaleur et des bougies."

"Avec les gelées d’avril et le mildiou, c’est environ 30% de la production qui est perdue."
Vincent De Busscher
Co-propriétaire du Mont des Anges

Vincent De Busscher reste cependant accroché à son objectif. "La priorité est de construire notre chai gravitaire sur le coteau."

Plus de 200 vignobles wallons

Dans cette jeune Wallonie viticole en plein développement, la vigne pousse aux quatre coins du territoire. Derrière les précurseurs du début des années 2000 avec des noms comme le Ruffus, le Chant d’éole ou le domaine du Chenoy et le Ry d’Argent, une armée de jeunes pousses attend aujourd’hui de pouvoir démontrer son savoir-faire et prouver que la Wallonie viticole n’a peut-être rien à envier à la Bourgogne. "Tous les 15 jours, j'entends parler d'un nouveau projet. On assiste à une véritable explosion de la production", constate Pierre Rion, figure du vin wallon avec son domaine De Mellemont revendu il y a quelques mois, et aujourd’hui à la tête de l’association des vignerons de Wallonie. "Selon mes estimations, la Wallonie compte aujourd’hui 200 vignobles pour une superficie plantée d’un peu plus de 300 hectares. Un peu moins de 20 vignobles sont des vignobles professionnels: leurs propriétaires exploitants en ont fait un métier et souhaitent en vivre. Parmi ces vignobles, 10% ne sont pas encore en production et le seront d’ici l’an prochain."

"Tous les 15 jours, j'entends parler d'un nouveau projet. On assiste à une véritable explosion de la production."
Pierre Rion
Président de l'association des vignerons de Wallonie

D'un-demi million de bouteilles produites en Wallonie en 2014, les volumes ne cessent d'augmenter au point de dépasser de 10% ceux de la Flandre en 2020. Pierre Rion estime ainsi qu'un cap devrait être franchi par le secteur l'année prochaine. "Si 2022 est une année normale, nous devrions approcher les 2 millions de bouteilles rien que pour la Wallonie. Dans cette production, le vin mousseux représente près de 60%. "

Derrière cette conquête viticole qui touche toute la Belgique à une vitesse vertigineuse, on sent une tendance lourde qui va au-delà de l’effet de mode, du désir de certains passionnés ou d’hyper-riches qui veulent faire du vin. "La professionnalisation est là. Il y a aujourd’hui des cours sur les métiers de la vigne donnés à l’IFAPME. Des doctorants se focalisent sur le secteur du vin", fait remarquer Pierre Rion. La consécration est même venue cette année avec la sortie du premier guide des vins belges. Cette bible éditée par Vino.be recense 162 vins élaborés par 61 producteurs belges. Derrière cette reconnaissance pour un secteur, l’ouvrage confirme une réalité: "De 2019 à 2020, en passant de 441 hectares à 587 hectares, la superficie du vignoble belge a augmenté de 33%", pointent ses auteurs.

Professionnalisation du secteur

Direction le Brabant wallon et le chai du vignoble du château de Bousval. Fondu dans la nature avec sa toiture végétale et ses murs en bois, l’immense bâtiment n’a probablement rien à envier à ses voisins français. Propriété de Patrick Verhaeghe, le domaine a opté pour une culture en biodynamie et espère atteindre les 40.000 bouteilles d’ici quelques années. Le choix se veut raisonné, mais apporte aussi son lot de contraintes comme l’explique Vincent Dienst, le maître de chai. "Pour stimuler les défenses naturelles des vignes, nous pulvérisons des produits naturels comme des tisanes d’osier ou de pissenlit. Nous mettons aussi du cuivre. Mais c’est beaucoup plus contraignant. Quand il pleut 30 millimètres d’eau, les vignes sont lessivées et elles perdent leur protection. C’est ce qui s’est passé cette année."

"Quand il pleut 30 millimètres d’eau, les vignes sont lessivées et elles perdent leur protection. C’est ce qui s’est passé cette année."
Vincent Dienst
Maître de chai du château de Bousval

À quelques jours des vendanges, Vincent Dienst ne peut que constater l’attaque du mildiou particulièrement cruelle dans la zone test qui surplombe le vignoble où il y a eu moins de cuivre. "Le travail de la vigne a tout son sens si on arrive à maîtriser les clés climatiques." Le canon anti-grêle qui trône au milieu des vignes est une des réponses. "On a un climat viticole similaire à la champagne il y a 30 ans. En Belgique, on peut retrouver tous les sols où on plante des vignes en France. C’est donc très important de sélectionner la bonne parcelle."

Constatant un engouement pour la vigne, Vincent Dienst rappelle la lourdeur du travail. "Il y a beaucoup de projets viticoles en Wallonie, mais beaucoup de personnes ne se rendent pas compte du travail que cela représente. Il y a le travail de la vigne, la vinification, la commercialisation, les aspects administratifs."

Au chai, les machines n’attendent plus que les grappes de chardonnay et de pinot gris pour commencer à presser et vinifier le vin tranquille. "À l’inverse de la France où il y a des labos partout, cela reste compliqué de mener rapidement des analyses en Wallonie. C’est pourquoi nous avons décidé d’investir dans un laboratoire. On mesure la maturité et la quantité du sucre afin de savoir exactement à quelle date on doit vendanger."

La bonne vieille bougie

À côté des importants moyens financiers à mobiliser avec une rentabilité qui se calcule sur le long terme, la réussite est une question de dévotion. Au Mont des Anges, à Bousval ou au Domaine W situé à Saintes, personne ne vous dira le contraire. "La biodynamie impose plus de contraintes et de travail. Je suis arrivé en mai sur les genoux. Cette année a été physiquement difficile avec, par exemple, 16 nuits blanches à veiller, à observer les températures de peur que le gel ne décime les raisons. Il fallait souvent réagir rapidement pour placer les bougies. Mais à côté, il faut aussi avoir les capacités financières pour investir. Chaque année, nous achetons de nouveaux canons à chaleur pour lutter contre le gel. Nous avons aussi une station météo qui nous aide à détecter l’arrivée des maladies. C’est un outil d’aide à la décision", explique Dimitri Vander Heyden, le propriétaire du Domaine W qui commercialise ses premières bulles depuis cette année.

Plus chanceux que ses confrères, Dimitri Vander Heyden prédit une bonne vendange. "La quantité est au rendez-vous. La quantité de pulvérisation a été la clé. On a réussi à  pulvériser entre deux pluies. Cela a permis de limiter la présence du mildiou sur les jeunes feuilles du dessus."

Le résumé

  • Les gelées tardives d'avril et le développement du mildiou cet été devraient pousser vers le bas la production viticole wallonne cette année.
  •  Les caprices de la météo ne devraient cependant pas freiner l'évolution d'un secteur en plein développement.
  • Le cap des 2 millions de bouteilles rien que pour la Wallonie pourrait être franchi l'année prochaine.
  • La Wallonie compte aujourd’hui 200 vignobles pour une superficie plantée d’un peu plus de 300 hectares.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés