Le kern apporte une bouffée d'air au Holding Communal

Un conseil des ministres restreint a avalisé ce lundi une nouvelle convention de rachat du réseau Astrid. Les parts que le Holding Communal comptait vendre étaient en effet déjà gagées…

Le Holding Communal et la Société fédérale de participation et d’investissement, le bras financier de l’État, ont négocié ce dimanche une révision des conditions du rachat, par la SFPI, des parts (39%) que détenait le holding dans le réseau de télécommunications Astrid. Un accord entre les deux parties avait déjà été conclu la semaine dernière mais il s’est avéré entretemps que le holding avait gagé auprès de Dexia la moitié de ses parts dans Astrid.

L’accord intervenu ce dimanche prévoit le versement immédiat de 4,5 millions d’euros, afin que le holding puisse faire face à ses échéances ce lundi. Le solde (35,5 millions) sera libéré ultérieurement, quand Dexia aura accepté de libérer les actions gagées (collateral pool en face de prêts à long et court termes).

Le projet de convention, qui doit être avalisé ce lundi par un conseil des ministres restreint, prévoit aussi une évaluation de la valeur d’Astrid pour le 26 septembre au plus tard. Le bureau PWC a été mandaté à cet effet. Si son évaluation diffère des 40 millions déjà versés, les parties rectifieront dans le sens qui convient.

Les CA de la SFPI et du Holding communal doivent aussi se réunir ce lundi pour finaliser la convention de transaction, remaniée en raison de la mise en gage des actions Astrid.

Le holding communal doit faire trouver 19,5 millions dans les dix jours, essentiellement pour répondre à des " margin calls ", relatifs à des emprunts chez ING et BNP Paribas et pour lesquels la contrepartie en titre Dexia n’est plus jugée suffisante. Par ailleurs, quelque 160 millions d’euros en billets de trésorerie (essentiellement souscrits par les Régions) arrivent à échéance ce mois.

Les gouvernements régionaux doivent tenir dans les prochains jours une réunion sur l’avenir du holding communal, plongé dans la tourmente en raison de la chute du cours de Dexia, son principal actif (premier actionnaire belge avec 14% du capital). Le gouvernement fédéral a, lui, fait savoir que le geste consenti en rachetant Astrid était son dernier en faveur du holding communal.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect