Les Fêtes de Wallonie, entre discours, chansons et 'blagounettes'

©BELGA

Les hommes politiques wallons se sont succédés au fil de la journée pour exprimer leur vision de la Wallonie, mais également de l'Europe. De son côté, Maxime Prévot a innové en poussant la chansonnette pendant son discours.

Si les Fêtes de Wallonie sont synonymes pour beaucoup de concerts et de peket, on n'a pas échappé aux traditionnels discours politiques. À commencer par celui du président du Parlement de Wallonie, André Antoine, qui a appelé les politiques "à se dresser face aux simplismes déguisés en vérités qui promettent la sécurité et l'emploi par le rejet des autres".

"Au salaire de la peur, nous devons préférer la valeur des différences", a-il ajouté en regrettant "la dévalorisation des droits de l'homme dans certains pays de l'Union". "La symbolique de ce siècle vaut bien plus qu'un moment de solennité. Elle nous offre une rare occasion d'exhiber les vertus de la mémoire, dernier rempart contre l'égoïsme et la haine qui s'expriment à nouveau dans ce qui devait être une Europe de la paix et de la tolérance". 

Des propos salués par l'invité d'honneur, Xavier Bertrand. "On m'avait dit de faire un discours surtout symbolique. Or, ce qu j'ai entendu jusqu'à présent, ce sont des discours politiques et ça me va", a ainsi lancé le président de la région Hauts-de-France.

"Par la géographie, par l'histoire qui a parfois été cruelle, par la meurtrissure des conflits, nous avons toujours su que nous avions une destinée commune. Nous sommes une même famille et c'est le sens que nous voulons donner à la convention que nous avons signée cet après-midi avec la Wallonie", a-t-il poursuivi  "Nous avons aujourd'hui une nouvelle histoire à écrire ensemble et à imaginer, a-t-il ajouté en appelant à davantage de collaboration "pour porter, ensemble, les bonnes idées".

Convention de collaboration renforcée

De son côté, le ministre-président wallon Willy Borsus a bien sûr fait l'éloge de l'action de son gouvernement. Mais il a également évoqué "le travail immense qu’il reste à accomplir". "Nous connaissons nos atouts, mais nous mesurons aussi nos difficultés et nos faiblesses. Nous ne nierons pas que cet avenir prometteur que nous voulons pour notre région passe par des efforts importants, par des réformes substantielles, par un travail intense de modernisation et de dynamisation de nos structures, de nos fonctionnements", a-t-il expliqué.

Willy Borsus et Xavier Bertrand ont par ailleurs signé une convention de coopération renforcée dans des domaines tels que l'aménagement du territoire, la mobilité ou encore l'emploi. Les deux Régions y réaffirment notamment leur volonté de voir aboutir le projet Seine-Escaut - côté belge - et le canal Seine-Nord Europe - côté français - afin que les bassins industriels de la Seine et de l'Escaut puissent enfin être reliés par une voie d'eau permettant la navigation des bateaux à conteneurs. "Un projet central et stratégique" tant pour la Wallonie que pour le nord de la France et qui représente environ un milliard de fonds européens, a rappelé Willy Borsus.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content