Nassogne loue sa forêt domaniale aux chasseurs

©BELGAIMAGE

Les quelque 1.500 hectares de forêt domaniale publique visés par Eric Domb pour y loger son projet de réserve naturelle d’un nouveau type seront soumis à un bail de chasse jusqu’au 30 juin 2017 au moins.

Depuis deux mois, sans en avoir l’air, les lignes du projet Nassonia porté par la Pairi Daiza Foundation ont passablement bougé. Tant du côté du porteur de projet, Eric Domb et ses partenaires, qui en a affiné les contours, que du côté de la commune de Nassogne, qui devrait héberger celui-ci sur ses terres mais calme le jeu pour l’instant.

Le conseil communal local a d’ailleurs récemment opté pour la reconduction, sur le territoire de quelque 1.500 hectares visé par le projet de réserve naturelle, d’un bail de chasse dûment recadré par un cahier des charges contraignant et courant jusqu’au 30 juin 2017.

"Permettre, dans l’intervalle, d’avancer calmement sur le projet."
Marc Quirynen
Bourgmestre de Nassogne

"Celui-ci n’aura pas de clause de reconduction contraignante pour le bailleur. Cela nous permettra, dans l’intervalle, d’avancer calmement sur le projet initié avec Monsieur Domb", précise Marc Quirynen, le bourgmestre (I.C.) local qui dit encore attendre, avant d’arrêter l’appel d’offres porté par la commune, des précisions émanant du DNF (Département Nature & Forêt) concernant l’exploitation des domaines publics visés, mais aussi d’autres, plus juridiques. Selon lui, à ce stade, rien n’est encore décidé: ni la durée du bail emphytéotique, ni le type de marché privilégié.

Ne tirez pas sur le grand cerf

De source proche du dossier, on apprend également qu’une partie des chasseurs locaux s’est réunie mercredi dernier à l’invitation de la commune, en présence de Gérard Jadoul, ancien président d’Inter-Environnement Wallonie et naturaliste local favorable au projet Nassonia.

Le cahier des charges qui aurait été proposé interdirait notamment, sur les terres visées par le bail, la chasse de la "grande faune", sous-entendu essentiellement les grands cervidés. "Comment justifier cette clause, vraiment inédite, si ce n’est en admettant qu’on a en partie cédé aux initiateurs du projet?", commente un des chasseurs locaux.

Silence radio

Contacté par nos soins, Eric Domb admet pour sa part avoir eu récemment vent de la volonté du conseil communal nassognard de relancer un bail de chasse sur le terrain lorgné. "Mais pour le reste, je n’ai plus guère eu de contacts avec les autorités communales. J’ai juste entendu, par personne interposée, qu’ils parlaient de réduire le bail emphytéotique sur le territoire concerné à 20 ans. C’est évidemment une durée qui ne nous permet pas de mener à bien ce que nous rêvons d’entreprendre durablement là-bas", avoue l’entrepreneur wallon, qui ne désespère pas de voir son projet aboutir.

Emily Hoyos en pilote?

©Anthony Dehez

Dernier point: tout récemment, certains avaient cité à plusieurs reprises le nom d’Emily Hoyos, figure de proue du parti Ecolo récemment sortie de la sphère politique régionale, en prétextant qu’elle avait été approchée pour piloter Nassonia. Sur ce point précis, Eric Domb n’a pas souhaité faire de commentaires.

Deux échéances se précisent donc du côté de Nassogne: la première actera à qui la chasse est louée pour un an. La seconde, bien plus importante, déterminera la viabilité du projet Nassonia. Dernier détail: au 30 juin prochain, il est possible que près de 2.500 hectares de forêt communale soient remis sur le tapis, certains baux de chasse arrivant eux aussi à échéance.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content