interview

"Nous avons en Wallonie une agriculture de qualité, on doit mieux le faire savoir"

Le ministre wallon de l'Agriculture, René Collin ©Photo News

René Collin revient une fois de plus sur la politique européenne en matière d'agriculture, qui "étrangle" le petit agriculteur.

René Collin, le ministre cdH wallon de l'Agriculture, critique une Europe trop libérale qui pèse sur le secteur de l'agriculture. Selon des chiffres récents, les revenus de l'agriculteur belge sont inférieurs à 15.000 euros alors que les fermes arrêtent les unes après les autres leurs activités (Plus de 20.000 fermes en 2000 contre 12.800 en 2013).  

"On est dans un marché mondialisé. L'Europe, beaucoup trop libérale ne veut pas de régulation, donc il y a surproduction. En plus le prix qui revient au producteur est inférieur à ce qu'il mérite et à ses coûts de production." Il en appelle a une meilleure répartition du prix. "Ce n'est pas normal que sur le prix d'un litre de lait, le producteur ne perçoive qu'un tiers", déclare-t-il au micro de Martin Buxant sur les ondes de Bel RTL

Pour le ministre, les dindons de la farce sont, au final, les producteurs mais aussi les consommateurs. "Il faut dire au consommateur quelle est la structure d'un prix, lui expliquer la qualité différentiée d'un produit. Nous avons en Wallonie une agriculture de qualité, de proximité, on doit mieux le faire savoir."

Interrogé sur le projet Nassonia, du fondateur de Pairi Daiza, Eric Domb, dans la foret de Nassogne, René Collin se montre très enthousiaste. "Il faut associer le secteur privé à la gestion publique. Je pense donc que c'est un beau projet". Son objectif actuellement est de trouver une formule qui permettra notamment de mener des opérations pilotes en matière de recherche tout en conservant une forêt ouverte au public.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content