Opaline Meunier secoue le cdH

Opaline Meunier (cdH) est l'ex-présidente de l'Union des Étudiants de la Communauté française (Unécof). ©BELGA

En choisissant de se présenter à Mons sur la liste pluraliste emmenée par le MR Georges-Louis Bouchez plutôt que sur une autre liste d'ouverture estampillée cdH, Opaline Meunier, la déléguée du parti de Benoît Lutgen à la société civile, s'est attirée les foudres de grands noms de son parti.

La cdH Opaline Meunier a rallié la liste pluraliste du leader du MR Georges-Louis Bouchez en vue de détrôner Elio Di Rupo à Mons. Cette décision fait grincer des dents au sein de toutes les familles politiques.

Pour la principale intéressée, Opaline Meunier, cette adhésion surprise se justifie par le fait qu'elle entend défendre "une représentation plus saine" des gens à travers les partis. "Je n'ai pas l'impression de trahir quoi que ce soit. Benoît Lutgen soutient sa section locale et sa décision démocratique, mais il fait la part des choses entre ma mission très précise au sein du cdH, et puis Mons", a commenté la candidate de 24 ans, qui a confirmé sur les ondes de la Première rester au cdH où elle occupe le poste de déléguée du parti à la société civile.

Le cdH n'apprécie pas

"J'apprécie beaucoup Opaline et elle a un vrai talent, mais il y a une règle fondamentale en démocratie interne ou externe: la loi de la majorité, et un principe en politique: le sens du collectif."
Joëlle Milquet
Cheffe de file du cdH bruxellois

Mais dans les rangs orange, les élus ont du mal à cacher leur agacement.

Le président du cdH Benoît Lutgen a confirmé mercredi son soutien à la section montoise du parti et convoquera Opaline Meunier pour "une discussion approfondie dans les prochains jours". En attendant ce rendez-vous e, plusieurs grands noms de la formation humaniste sont sortis du bois. Le maintien au cdH d'Opaline Meunier, "semble incompatible" avec la décision de la section locale du parti, affirme la cheffe de groupe cdH à la Chambre Catherine Fonck, l'une des figures de proue de la formation humaniste dans l'arrondissement de Mons. "L'ouverture, j'y suis favorable, je l'ai pratiquée à Frameries (où elle est élue locale, NDLR). Alors, dépasser les clivages particratiques traditionnels pour rassembler, oui, mais pas en cavalier seul sur le dos des autres", a commenté Catherine Fonck, interrogée par l'agence Belga.

Fondatrice du parti centriste, Joëlle Milquet, cheffe de file du cdH bruxellois où Opaline Meunier avait aussi été pressentie, a également déploré cette situation. "J'apprécie beaucoup Opaline et elle a un vrai talent, mais il y a une règle fondamentale en démocratie interne ou externe: la loi de la majorité, et un principe en politique: le sens du collectif", a-t-elle indiqué sur Twitter.

Chez Ecolo, on profite de la situation pour parler d'"un signe supplémentaire de la droitisation et surtout de l'émiettement de la formation humaniste". "Les défis montois ne se résument pas à un combat entre deux coqs, avec en bruit de fond la dissolution du cdH", souligne la tête de liste montoise des Verts, Charlotte De Jaer, pour qui "le choix des Montois est plus large qu'entre la droite égocentrée et la majorité absolue socialiste mouillée dans différentes affaires", affirme la tête de liste Ecolo Charlotte De Jaer.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés