Tous vos déchets plastiques dans un même sac, c'est pour bientôt

©doc

Le test était en cours dans plusieurs communes wallonnes et s'est révélé concluant. Désormais les emballages en plastique rigide et ceux en plastique souple rejoindront les sacs PMC. Ceux-ci passeront de la couleur bleue au mauve, sans surcoût pour le consommateur, avancent Fost Plus et le ministre Di Antonio.

Que faire des barquettes de beurre, pots de yaourt ou autres sacs plastiques? La question avait été posée au printemps dernier et un test avait été mené dans six communes wallonnes. Aujourd'hui, c'est l'heure du bilan.

L'objectif, comme l'avait indiqué le ministre wallon de l'Environnement, Carlo Di Antonio, était d'étendre la collecte de la fraction plastique des déchets d'emballages. C'est donc la méthode, testée par Frameries, qui sera appliquée, nous révèle SudPresse. Quant à la date d'entrée en vigueur, si l'échéance de 2019 avait été évoquée, il semble qu'aujourd'hui que la prudence soit de mise. "Des discussions sont en cours", affirme-t-on au cabinet du ministre.

Mais quelle est cette méthode?

A Frameries, comme ailleurs, les sacs bleus ont été remplacés par des sacs mauves. Le citoyen peut désormais y jeter ses emballages plastiques rigides (pots, raviers, barquettes) mais aussi ses emballages plastiques souples (films, sacs, sachets).

Les autres communes "tests" avaient, elles, opté pour un autre choix de tri:
→  A Marchin, seuls les plastiques rigides venaient s'ajouter aux déchets PMC habituels.
→  A Hannut, le sac mauve recevait, en plus des PMC, les plastiques rigides. Les plastiques souples étaient, eux, collectés à part.

Après le tri, les sacs bleus donnent 8 à 9 types de déchets différents. Avec les sacs mauves, tels que collectés à Frameries, on grimpe à une douzaine. "Grâce au nouveau système, nous avons pu récupérer six kilos de plus. Lorsque les nouveaux sacs seront généralisés, nous pourrons collectionner au total 9 kg supplémentaires", explique-t-on chez Fost Plus.

©BELGAIMAGE

Le bourgmestre de Frameries reconnaît que plusieurs mois ont été nécessaires pour que la population s'approprie le système. "Au début beaucoup de sacs restaient sur le trottoir car il y avait encore des matières alimentaires dans les raviers ou les pots de yaourt."

Fost Plus assure que la plus forte adaptation sera effectuée par les centres de tri. La fédération professionnelle des entreprises privées actives dans l'économie circulaire, Go4Circle confirme: "les investissements vont coûter cher en achat de machines à tri optique et en engagement de personnel". Le montant du surcoût avancé est de 42 millions d'euros pour l'ensemble de la Belgique.

Quel impact pour le portefeuille du citoyen?

FostPlus se veut rassurant: "Cela ne coûtera pas plus cher au consommateur". L'entreprise argumente qu'une partie des déchets, autrefois destinée au sac poubelle traditionnel, ira dans les sacs mauves, moins coûteux.

Le bourgmestre de Frameries affirme, lui, que le prix des sacs mauves est identique à celui des anciens sacs bleus. Avec le transfert de certains déchets des sacs traditionnels vers les sacs mauves, la commune a vu le coût "vérité" des déchets se réduire, de quoi permettre une diminution de la taxe des ménages sur les immondices de 5% en 2016 et une seconde fois de 5% en 2017. Certes Jean-Marc Dupont reconnaît que d'autres facteurs que les seuls sacs mauves sont en cause.

Go4Circle se montre moins rassurant pour le portefeuille du consommateur; et ce compte tenu des investissements nécessaires auprès des centres de tri. Au cabinet du ministre Di Antonio, on affirme que le surcoût sera à charge des entreprises qui mettent les emballages sur le marché. Affaire à suivre...

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content