Un géant informatique stoppé dans son investissement en Wallonie

©Photo News

D’après l’Awex, la Wallonie aurait loupé quelques grands projets d’investissement par manque de terrains disponibles. La situation est particulièrement préoccupante à Liège.

D’après un cadastre des terrains publics disponibles en Wallonie dressé par l’Awex, la Wallonie ne disposerait plus suffisamment de grands terrains de plus de 15 hectares disponibles immédiatement pour accueillir de nouveaux investisseurs. "Il y a des petites parcelles pour accueillir des petites entreprises mais pas de grandes surfaces foncières de 15 à 20 hectares qui soient disponibles immédiatement", estime l’Awex.

"Cette image de manque de terrains n'est pas correcte" a réagi ce mercredi Pierre-Yves Jeholet, ministre de l'Economie. Lisez notre article

La problématique ne s’arrêterait pas là si elle n’avait pas fait perdre de gros investissements à la Wallonie. Selon les spécialistes de l’Agence wallonne au commerce extérieur, quelques gros deals sont passés sous le nez de la Wallonie.

"Même si demain, le coût du travail est moindre, nous ne sommes pas en mesure d’offrir des terrains pour ces grandes entreprises."
L’AWEX

Le cas de cette multinationale illustre toute la problématique. Une grande multinationale américaine dans le secteur de l’informatique – dont le nom est gardé secret car des tractations sont toujours possibles à l’avenir – est par exemple venue frapper à la porte de la Wallonie il y a deux mois pour acquérir un terrain de 100 hectares afin d’y implanter un data center et créer une centaine d’emplois. Elle est repartie bredouille.

À l’Awex, où une des missions consiste à capter les projets de développement des entreprises étrangères, cette situation inquiète. "Même si demain, le coût du travail est moindre et même si la flexibilité augmente, nous ne sommes pas en mesure d’offrir des terrains nécessaires pour ces grandes entreprises. Il faut se rendre compte que sans grands terrains, il n’y aura plus de grands investisseurs. H&M est par exemple venu s’installer à Ghlin il y a quelques années parce qu’il y avait là un terrain de 20 hectares disponible. Idem avec Google. Aujourd’hui, c’est beaucoup plus compliqué et la Wallonie n’a plus assez de terrains disponibles immédiatement. Il faut chaque fois attendre des années avant que ces surfaces soient mises à disposition."

Ça coince à Liège 

La situation est particulièrement interpellante dans la région liégeoise où plus aucun terrain de grande dimension n’est prêt. "Des surfaces de 200 à 300 hectares sont en préparation autour de l’aéroport de Liège mais rien ne sera disponible avant 2 ans."

Cette saturation sur Liège a par exemple gelé un grand projet d’une entreprise américaine qui comptait investir entre 50 et 70 millions d’euros dans un centre de distribution et occuper entre 150 et 200 personnes. "Alors que cette société a défini le grand Liège comme endroit d’implantation idéal, nous ne sommes pas en mesure de fournir un terrain exempt de défauts importants."

Dans d’autres parties de la Wallonie, comme à Dour ou Feluy, il reste quelques disponibilités mais soit les terrains sont déjà réservés, comme à Dour, soit ils sont destinés à l’industrie chimique et pétrolière comme à Feluy. "C’est bien simple, il n’y a plus assez de grands terrains sur l’ensemble de la Wallonie", explique un responsable de l’Awex.

Sale coup pour l’attractivité

À défaut de pouvoir répondre favorablement aux demandes des investisseurs étrangers, ce sont les régions limitrophes qui raflent la mise. "Nos concurrents directs, le Limbourg et le sud des Pays-Bas, disposent de terrains de grande taille, disponibles immédiatement." Plusieurs grands groupes comme Primark, Action, Mondelez, Hyundai ont par exemple fait part de leur intérêt pour acquérir des terrains à Liège ces dernières années. Les contacts n’ont cependant pas été approfondis, notamment par manque d’espaces.

Plus préoccupant, de nouveaux projets présentés dans le marché international évitent aujourd’hui la Wallonie. "C’est de notoriété (quasi) publique chez les intermédiaires spécialisés. La Wallonie n’a plus d’offres évidentes à partir de 15 ha dans la zone Liège-Limbourg-Monchengladbach où ces projets se sont implantés ces dernières années ou qui sont en phase de lancement". L’Awex pointe à titre d’exemple des entreprises comme Forever 21, Americain Eagle, Coolblue, bol.com, Groep Heylen,…

Pour l’Awex, la Wallonie devrait disposer d’une dizaine de grands terrains disponibles et au moins 2 à 3 parcelles de plus de 30 hectares dans la région de Liège afin de retrouver une certaine crédibilité face aux investisseurs internationaux.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content