Publicité

Une taxe sur les machines qui remplacent le personnel peu qualifié en Wallonie?

©BELGAIMAGE

Christophe Lacroix, grand argentier du gouvernement wallon, veut faire contribuer aux finances de sa région les entreprises qui remplacent l'emploi par l'automatisation des fonctions nécessitant peu de qualifications.

Le ministre wallon du Budget Christophe Lacroix (PS) examine la possibilité de mettre davantage à contribution les entreprises bénéficiaires d'une automatisation qui se ferait au détriment de l'emploi de personnes peu ou pas qualifiées, a-t-il annoncé mercredi en commission du parlement wallon.

"Force est de constater que l'automatisation est de plus en plus accrue aujourd'hui, au détriment de l'emploi, notamment de personnes peu ou pas qualifiées. J'analyserai la possibilité de faire participer les responsables, et donc les bénéficiaires, de cette automatisation à l'effort global", a exposé le ministre Lacroix en présentant sa note de politique générale 2016-2017.

Seraient ainsi visées les entreprises, multinationales ou grandes sociétés - et pas spécifiquement dans le numérique - qui remplacent l'emploi de manière physique. Les entreprises pratiquant une "automatisation à outrance" font en effet peser sur les pouvoirs publics une charge importantes, a précisé Christophe Lacroix à l'agence Belga, citant notamment les politiques de réinsertion pour l'emploi à charge de la Région wallonne.

La future réforme fiscale wallonne prend forme

"Ce sera un tax-chiffres, pas un tax-shift."
Christophe Lacroix

Le débat entre dans le cadre de la réforme fiscale wallonne, que le ministre PS espère voir entrer en vigueur au 1er janvier 2018, et pour laquelle il n'annonce "pas de cadeaux fiscaux" en raison des contraintes budgétaires et du refus d'en faire peser l'effort sur le prochain gouvernement. "Ce sera un tax-chiffres, pas un tax-shift."    

Sa mesure-phare sera la suppression de la redevance télévision, annoncée elle aussi pour le 1er janvier 2018, et dont le financement constituera une clé pour les nécessaires rééquilibrages.     

Les droits d'enregistrement à l'acquisition de l'immeuble d'habitation ne se référeront plus au revenu cadastral (obsolète et non représentatif), mais à la valeur du bien, à la situation de la famille (mono-parentale, charge d'enfants, notamment) ou encore à la localisation (pression foncière), a détaillé le ministre.

Une fiscalité plus verte     

Le verdissement de la fiscalité des véhicules veillera à ne pas pénaliser les citoyens à revenus plus faibles qui n'ont pas les moyens d'acheter les voitures les plus performantes technologiquement, mais tiendra compte de la puissance, la dangerosité et la valeur du véhicule, ainsi que les émissions de CO2. Pour ne pas mettre le citoyen en difficulté, une transition dans la modification de fiscalisation sera intégrée, assure le ministre.

Christophe Lacroix avancera aussi des propositions de lutte contre l'évitement de l'impôt, les abus et la fraude fiscale. "De manière générale, il s'agit de faire participer, voire de forcer décrétalement, les services de décisions anticipées (SDA) à transmettre les informations dont ils disposent". Le ministre socialiste évoque à terme la création d'un véritable SDA wallon.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés