Publicité

43% des demandeurs d'emploi ont un diplôme non reconnu à Bruxelles

©Hollandse Hoogte / Gerard Til Photo

Olivia P’tito rempile à la direction de Bruxelles Formation. Objectif: atteindre les 20.000 stagiaires et reprendre la gestion des formations en entreprises en 2020.

Olivia P’tito entame un nouveau mandat de cinq ans à la direction générale de Bruxelles Formation. Le gouvernement bruxellois a acté sa reconduction la semaine dernière, après évaluation et avis favorables d’un jury. L’occasion pour la socialiste, en place depuis 2013, de faire le tour de quelques enjeux qui mobiliseront, dans les années à venir, les quelque 530 personnes qui travaillent pour l’institution.

"Nous continuerons à travailler main dans la main avec Actiris pour faciliter la vie de nos usagers, qu’ils soient à la recherche d’emploi ou employeurs."
Olivia P’tito
Directrice de Bruxelles Formation

"Nous continuerons à travailler main dans la main avec Actiris pour faciliter la vie de nos usagers, qu’ils soient à la recherche d’emploi ou employeurs", entame Olivia P’tito. La "Cité des métiers", ouverte au rez-de-chaussée du siège d’Actiris et dans laquelle 30 agents de Bruxelles Formation orientent quotidiennement les demandeurs d’emploi concrétise ces liens renforcés avec l’organisme régional de mise à l’emploi.

Bruxelles Formation vient de boucler son rapport annuel 2017. Celui-ci enregistre  de nouvelles hausses, malgré la baisse structurelle que connaît le taux de chômage à Bruxelles. L’an dernier, 22.425 places en formation ont été mises en œuvre, dans les modules propres à l’organisme, chez ses partenaires externes et en entreprises.

Contre un peu moins de 21.900 en 2016. Compte tenu du fait qu’une personne peut entrer dans un cursus comprenant plus d’une formation, le cap des 16.000 personnes formées grâce à Bruxelles Formation a été franchi l’an dernier. On rappellera qu’une formation qualifiante augmente les chances de trouver un emploi stable de 22%, selon une étude d’impact réalisée en 2015.

"Notre devoir est de rendre nos formations accessibles afin de rencontrer les besoins des uns et des autres."
Olivia P’tito

"Notre devoir est de rendre nos formations accessibles afin de rencontrer les besoins des uns et des autres, poursuit Olivia P’tito. Mais il faut bien se rendre compte dans quelle situation on se trouve à Bruxelles. 43% des demandeurs d’emploi inscrits à Actiris ont des diplômes obtenus à l’étranger, pour la plupart au sein de l’Union européenne, et qui ne sont pas reconnus ici."

C’est un appel à la Fédération Wallonie-Bruxelles et à la Communauté flamande afin que celles-ci accélèrent les procédures menant à l’équivalence des diplômes. Un processus qui peut prendre des années. "Il y a chez ces personnes des précieuses compétences à côté desquelles passent les employeurs, qu’ils soient publics ou privés", déplore la directrice.

©Mediafin

Fonctions critiques

Ce débat est loin d’être anodin à l’heure où les partenaires sociaux, sous l’impulsion du gouvernement fédéral, planchent sur un plan visant à résoudre les problèmes des secteurs en pénurie de main-d’œuvre. Olivia P’tito rappelle que l’offre de Bruxelles Formation couvre 80% des fonctions critiques identifiées dans la capitale. "Je n’ai de cesse d’inviter les entreprises à venir nous voir", poursuit-elle.

L’offre de Bruxelles Formation couvre 80% des fonctions critiques identifiées dans la capitale.

La directrice rappelle que, conformément à l’accord du gouvernement bruxellois, l’accent est mis sur les formations en technologies industrielles, en transport logistique ainsi que sur les compétences numériques. Des secteurs comptant chacun des fonctions qui peinent à trouver des travailleurs suffisamment qualifiés.

Les exemples d’entreprises faisant appel à Bruxelles Formation sont nombreux. En 2017, Securitas et GS4 ont ensemble recruté 250 personnes en collaboration avec Bruxelles Formation. Audi recrute chaque année des techniciennes de maintenance grâce à l’organisme. Celui-ci s’est chargé de former un personnel féminin à des tâches habituellement réservées aux hommes.

L’usine de Forest était demandeuse d’équilibrer son personnel au niveau du genre. "Erasme est également venu nous voir, raconte Olivia P’tito. L’hôpital cherchait des secrétaires médicales ayant des compétences complémentaires liées à la préparation des patients avant la consultation. Notamment en vue de désamorcer le stress des patients." Au rayon technologies de l’information, Bruxelles Formation travaille avec l’Ecole 19 et Molengeek par exemple.

À l’horizon 2020, Bruxelles Formation ambitionne d’atteindre les 20.000 stagiaires avec les autres acteurs du secteur. Et de prendre en main l’offre de formations en alternance dans les entreprises.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés