8.000 contribuables en peine avec leurs impôts bruxellois

En temps normal, environ 55.000 contribuables bruxellois honorent avec retard leurs impôts régionaux. En 2020, ce chiffre est passé à 70.000. ©BELGAI

Le nombre de retards de paiement de certaines taxes bruxelloises est en hausse, surtout dans les quartiers concentrant les revenus les plus faibles.

Les conséquences sociales de la pandémie commencent à apparaître aux yeux de Bruxelles Fiscalité. "Le nombre de contribuables qui ne sont pas en ordre de paiement est en augmentation", indique Dirk De Smedt, directeur général du service public régional. Et de chiffrer. En général, il y a environ 55.000 contribuables qui honorent avec retard leur précompte immobilier et autres impôts régionaux.

"Nous sommes un peu plus souple qu’à la normale dans ce type de dossier."
Dirk De Smedt
Directeur général du service public régional

"Pour 2020, ce chiffre est passé à 70.000", poursuit le patron du fisc bruxellois. Ses services attribuent la moitié de cette hausse spectaculaire à la prise en charge par la Région, au 1er janvier 2020, de la perception de la fiscalité automobile (taxe de circulation et de mise en circulation): ce qui correspond à 650.000 nouveaux contributeurs fiscaux. L'autre moitié étant directement liée aux conséquences de la crise du Covid, estime Bruxelles Fiscalité.

Sachant que les taxes automobiles sont en général bien perçues, "cela fait entre 7.500 et 8.000 contribuables qui éprouvent des difficultés à payer leurs taxes régionales", précise Dirk De Smedt.

Plus de souplesse de la part du fisc

Alors que les retardataires sont en général dispersés sur le territoire bruxellois, cette augmentation est plus sensible dans les quartiers concentrant les ménages à faibles revenus, ajoute le directeur. Soit dans la fameuse "banane" qui s'étire à travers la Région-Capitale en suivant le tracé du canal.

70.000
contribuables
Pas moins de 70.000 personnes ont payé leurs impôts régionaux avec retard en 2020.

"Nous sommes un peu plus souple qu’à la normale dans ce type de dossier", précise le directeur général qui rappelle qu'en 2020, les propriétaires ont eu quatre et non plus deux mois pour payer leur précompte immobilier. En cas de retard, "on continue à envoyer des rappels mais on est un peu plus lent à initier les autres mécanismes de recouvrement comme le recours aux huissiers et les saisies sur salaire", assure Dirk De Smedt. "C'est aussi le rôle du fisc de jouer un rôle de buffer, surtout pour des gens qui sont en ordre depuis des années."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés