19 entreprises s'allient pour verdir Bruxelles

Olivier Willocx en face du Ministre-Président bruxellois Rudi Vervoort. ©BELGA

L’organisation patronale bruxelloise veut présenter du concret au politique. 30 projets seront élaborés d’ici mars prochain avec l’objectif de contribuer à la réduction de 30% des émissions de CO2 d’ici 2030.

"Notre modèle économique est dans l’impasse, il faut le changer." Les propos du président de l’Union wallonne des entreprises (UWE), Jacques Crahay, n’étaient pas passés inaperçus fin septembre, certains soutenant l’intéressé, d’autres l’incendiant au sujet de son plaidoyer "pour une économie moins tyrannique et plus équilibrée".

Olivier Willocx, patron de Beci, embraie aujourd’hui: "Discuter sans tabou de transition écologique est parfois compliqué pour certaines fédérations… Je crois que le changement de modèle est peut-être plus simple en milieu urbain. On en a de bons exemples avec Copenhague ou Malmö notamment. Pourquoi? Parce que la problématique des villes est différente de celle de la Wallonie. Prenez Bruxelles. La ville est essentiellement une société de services. Dès lors, les changements de processus y sont plus simples. On n’est pas face à de gros industriels aux procédés chimiques ou réactifs qu’on ne peut décréter de changer demain pour cause de coûts exorbitants et d’emploi."

Découvrir la carte blanche des 160 entrepreneurs | Patron de l'ancien ou du nouveau monde?

Objectif? Mars 2020

Résultat, c’est dans la capitale qu’il convient de donner un significatif coup d’accélérateur, avance le CEO. Et pour allier les actes aux mots, Cécile Huylebroeck, chargée de projets, annonce le lancement de l’initiative "City Climate Challenge 303030". En clair, l’organisation patronale bruxelloise synthétisera 30 projets collaboratifs destinés à contribuer à la réduction de 30% des émissions de CO2 en Région d’ici 2030. Date de remise des copies? Mars.

30
Avec l’initiative "303030", soit 30 projets collaboratifs concrets d’ici mars prochain, Beci entend contribuer à la réduction de 30% des émissions de CO2 d’ici 2030.

Pour mener à bien sa tâche, Beci s’est adjoint les services du spécialiste du calcul, de la réduction et de la compensation des émissions CO2logic, ainsi que du cabinet de récolte d’idées (par la technique de l’"intelligence collective") Dreamocracy – l’idée étant de développer une vision professionnelle et systémique, par laquelle chaque projet se verra "chiffrer, sélectionner et calculer, que ce soit en matière d’impact ou de délais pour atteindre l’objectif". Mais pas que. Au total, 19 champions sont réunis autour de la table, parmi lesquels AG Real Estate, la Confédération Construction de la Région de Bruxelles-Capitale, Edenred, Engie, Europcar, la Febiac, ING, Interparking, Sibelga, la SNCB, Sodexo, Solvay, Total, Tractebel, Veolia ou encore Vinci Facilities.

Une sorte de coalition des acteurs économiques qui veulent proposer et porter le changement, nous dit-on. Mais qui n’aura rien d’exclusive à l’avenir. Tout le monde est le bienvenu. C’est d’ailleurs la volonté de Beci que d’inspirer le plus largement possible.

Idéaliste? "Il y aura des tensions en chemin, c’est clair, reconnaît Olivier Willocx, mais on n’a plus le choix que d’avancer aujourd’hui." Mais, ça ne doit pas faire peur. "Prenez l’exemple du péage urbain introduit à Londres pour éviter une asphyxie de la City. Ce sont les entreprises elles-mêmes qui l’ont poussé. On pourrait s’en inspirer pour la taxation kilométrique intelligente à Bruxelles."

Pour autant, la volonté n’est pas de supplanter le politique dans son action. Elle est plutôt de mettre sur sa table des initiatives claires, réfléchies, avec un réel levier et des retombées positives.

Deux réunions de travail ont déjà eu lieu entre les partenaires de la coalition bruxelloise. Huit au total se tiendront d’ici mars.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect