Publicité

Bras de fer entre PS et Ecolo sur le pass sanitaire

La reculade de Maron sur le pass sanitaire irrite les socialistes ©Photo News

Le ministre bruxellois de la Santé Alain Maron (Ecolo) a déclaré qu'il n'était plus très partisan pour étendre le covid safe ticket au secteur de l'horeca.

Écrire que les dernières sorties médiatiques du ministre bruxellois de la Santé Alain Maron (Ecolo) ont agacé ses partenaires socialistes est un euphémisme. Depuis quelques jours, la question du covid safe ticket (CST) crée du remous au sein de la majorité bruxelloise. L'accord survenu mardi entre toutes les entités fédérées pour étendre l'usage du pass sanitaire était très attendu du côté du ministre-président Rudi Vervoort (PS). On a ressenti moins d'enthousiasme du côté d'Alain Maron qui a insisté à plusieurs reprises sur le fait que l'accord de coopération ne faisait qu'ouvrir une possibilité, mais que la Région bruxelloise n'aurait recours au CST uniquement si la situation sanitaire devait encore se dégrader dans les semaines à venir.

60
%
Le taux de vaccination en région bruxelloise est au-dessus des 60%.

C'est bien ce qui était convenu au sein de la majorité bruxelloise, mais ces déclarations ont tout de même fait tomber de leur chaise certains socialistes qui estiment que la situation épidémiologique est déjà suffisamment grave à ce jour. Et qu'il n'est pas logique qu'un ministre de la Santé tienne un discours flou qui ne soit pas de nature à encourager des personnes encore hésitantes à se faire vacciner.

Cette "mauvaise" communication a été abordée ce jeudi, lors de la réunion du gouvernement bruxellois. Plusieurs sources font état d'un léger recadrage... qui survenait un peu tard puisque le ministre avait entretemps donné une interview à la RTBF dans laquelle il déclare que des questions sur les secteurs qui seront concernés demeurent. L'écologiste émet ensuite des doutes sur le secteur horeca, défavorable selon lui à l'instauration du pass sanitaire, contrairement au monde de la nuit.

Après la réunion de gouvernement jeudi dernier, PS et Ecolo étaient pourtant sur la même longueur d'ondes. Les secteurs concernés faisaient l'unanimité et les dirigeants bruxellois se plaignaient, à l'époque, des réticences émises par les libéraux dans les autres entités fédérées.

Mais que s'est-il passé entretemps ? Certains y voient un effet de Vert Pop, la grande mise au vert des écologistes du week-end dernier. De quoi faire remonter les réserves de nombreux militants sur le pass sanitaire. Cette opposition n'est d'ailleurs pas neuve. Quand Els Rochette (one.brussels) avait émis l'idée d'imposer un CST au Parlement bruxellois, le chef de groupe Ecolo, John Pitseys, avait déclaré être opposé à ce dispositif dans l'hémicycle, mais aussi de façon générale.

Risque politique

Au gouvernement, les écologistes sont donc assis entre deux chaises, coincés entre une situation sanitaire appelant à prendre de nouvelles mesures et une ligne de parti défavorable aux mesures en question. Autre explication : la mise en pratique concrète d'un CST se révèlerait, au fil des consultations, chaque jour un peu plus complexe. Ce qui expliquerait la communication toute en nuances d'Alain Maron.

Déjà pointé du doigt pour le taux de vaccination plus bas à Bruxelles que dans les deux autres régions, ce dernier prend toutefois un risque politique important en choisissant d'entretenir le flou sur les mesures à venir.

"Si on n'agit pas dès maintenant pour protéger la population et que l'on en vient ensuite à devoir fermer des secteurs, chacun assumera ses responsabilités vis-à-vis des secteurs."
Ridouane Chahid (PS)
Chef de groupe PS au Parlement bruxellois

"Avec sa communication, Alain Maron conforte celles et ceux qui disent que la situation à Bruxelles n'est pas si grave que cela. Si on n'agit pas dès maintenant pour protéger la population et que l'on en vient ensuite à devoir fermer des secteurs, chacun assumera ses responsabilités vis-à-vis des secteurs", déclare Ridouane Chahid, chef de groupe PS au Parlement bruxellois. "Si c'est de la stratégie électorale de sa part, c'est grave. En pleine pandémie mondiale, on fait de la gestion de crise et on essaie de sauver des vies, point."

Ce jeudi après-midi, PS et Ecolo choisissaient toutefois l'apaisement, via l'envoi d'un communiqué de presse commun rappelant que le gouvernement a approuvé la modification de l'accord de coopération et qu'il prépare l'ordonnance d'application, en concertation avec les secteurs potentiellement concernés par l'extension du CST.

Le résumé

  • L'extension du pass sanitaire divise l'exécutif régional. Alors que le PS y est très favorable, Ecolo se montre plus réservé.
  • Le ministre régional de la Santé Alain Maron (Ecolo) a, en effet, émis ce jeudi des doutes sur la possibilité d'appliquer le covid safe ticket dans l'horeca.
  • Les secteurs concernés faisaient pourtant l'unanimité au gouvernement bruxellois la semaine passée.
  • Les écologistes bruxellois sont déchirés entre la nécessité de prendre de nouvelles mesures et une ligne de parti très défavorable au pass sanitaire.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés