Brigitte Grauwels en guerre contre les odeurs d'urine!

Brigitte Grouwels, ministre des travaux publics et des transports à la Région bruxelloise

Selon la ministre bruxelloise, qui s'étonne que son prédécesseur s.pa n'ait rien fait contre ce problème, les nouveaux portillons d'accès aux stations de métro empêcheront les voyageurs aussi pressés qu'indélicats de se soulager...

Les portillons d'accès qui seront bientôt en service dans le métro bruxellois devraient réduire le nombre de gens qui urinent dans les stations. C'est ce qu'a déclaré vendredi la ministre bruxelloise des Transports Brigitte Grouwels (CD&V) en réaction à une enquête du sp.a sur la propreté dans le métro.

La ministre Grouwels souligne également que son plan directeur 2010-2014 prévoit une attention particulière à l'hygiène dans le métro.

"Les stations de métro doivent être des endroits agréables, avec des espaces dédiés aux commerces et aux animations", a expliqué la ministre. "Un bon éclairage, de préférence la lumière du jour, est essentiel pour le sentiment de sécurité, sans coin sombre. Des sanitaires spacieux, visibles et bien entretenus doivent être prévus pour tout le monde, avec un accès pour les handicapés. Des espaces réservés aux parents avec de jeunes enfants sont également nécessaires".

Grouwels constate que la plupart des stations de métro à Bruxelles datent de quelques décennies et doivent être rénovées pour répondre aux nouveaux besoins. La ministre est bien consciente du problème mais s'étonne "que le sp.a soulève la question aujourd'hui alors que Pascal Smet n'a presque rien fait lors de la précédente législature pour améliorer la propreté des stations de métro à Bruxelles".

Une odeur dérangeante d'urine règne dans 23 stations de métro ou de pré-métro bruxelloises, selon une étude réalisée par la branche bruxelloise du sp.a. Cette étude a passé à la loupe 66 stations à la demande de Jef Van Damme, membre du parlement de la Région de Bruxelles-Capitale.

Les résultats de "metr-o-net" ont été présentés vendredi. Hankar, de Brouckère, la Bourse et Anneessens obtiennent les plus mauvais résultats.

Seulement 11 stations sur les 66 présentent des toilettes publiques, a constaté Jef Van Damme. "Des stations fortement fréquentées comme Arts-Loi et Schuman n'ont pas de toilettes", rappelle le parlementaire.

"La signalisation fait défaut et seulement trois toilettes sont accessibles aux personnes handicapées". De plus, seules cinq toilettes ont reçu une note positive.

Bien que la société de transport bruxelloise Stib ait, selon le sp.a, fait des efforts pour garder les stations propres, Anneessens, Beekkant, la Bourse, Bockstael, Hankar, Herman-Debroux, Lemonnier et les Etangs noirs sont très sales, selon l'étude.

Détritus, chewing-gums, graffitis, sols sales et poubelles remplies font parties du top cinq des problèmes liés à la propreté.

De plus, 19 stations sur 66 sont fréquentées par des jeunes errant ou des mendiants. Ceux-ci sont à l'origine de nuisances sonores et rendent l'accès aux stations difficile.

Par ailleurs, il ressort également de l'étude que dans 52 des stations, aucun steward n'est présent.

Les scores individuels des stations peuvent être consultés sur www.metr-o-net.be.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés