Bruxelles met sur pied la première coopérative de repreneuriat d'entreprises

L’un des objectifs du projet pilote Reload Yourself est de valoriser le potentiel dormant des activités qui prennent fin faute de repreneur. ©Photonews

Le projet pilote Reload Yourself va offrir un accompagnement gratuit de l'ASBL Job Yourself durant 18 mois aux personnes souhaitant reprendre une entreprise.

Le gouvernement bruxellois approuvera ce jeudi le lancement de la première coopérative d’activités consacrée au repreneuriat en Belgique. La mesure s'inscrit dans le plan de relance emploi du ministre régional Bernard Clerfayt (DéFI) dont l'objectif principal est d'aider les travailleurs ayant perdu leur emploi durant la crise à rebondir le plus rapidement possible.

140.000
euros
L'exécutif régional prévoit d'octroyer à l'ASBL JobYourself 140.000 euros en 2020 pour le développement de Reload Yourself et 600.000 euros en 2021 pour sa stabilisation.

Forte de dix années d’expérience dans le test d’activité et le portage entrepreneurial, c'est l'ASBL JobYourself qui sera chargée de la mise en place d'une coopérative d'activités consacrée au repreneuriat. L'exécutif régional prévoit de lui octroyer 140.000 euros en 2020 pour le développement de ce projet pilote baptisé Reload Yourself et 600.000 euros en 2021 pour sa stabilisation.

Pas de nouvelle structure

"Notre volonté était de capitaliser sur les structures existantes en Région bruxelloise plutôt que de créer une nouvelle structure juridique. Le lancement de ce projet se fera au sein et au profit de l'écosystème bruxellois avec la collaboration notamment d'Actiris, d'Hub.Brussels, des guichets d'économie locale...", énumère le ministre amarante.

Une fois opérationnelle, la coopérative de repreneuriat s'adressera aux entrepreneurs en faillite disposant des compétences métier mais rencontrant des difficultés dans la gestion administrative ou financière. Ainsi qu'aux employés souhaitant reprendre une activité en difficulté et aux chercheurs d'emploi qui veulent reprendre une entreprise plutôt que de la créer.

Accompagnement durant 18 mois

Selon les statistiques d'Hub.Brussels, le pourcentage d’entreprises reprises encore existantes après trois ans est supérieur à celui appliqué aux entreprises créées. En clair: vous avez plus de chances de pérenniser votre activité si vous en reprenez une que si vous la créez.

Le processus de reprise d'une entreprise n'est pas aisé pour autant. La coopérative de repreneuriat aura donc pour mission d'offrir un cadre sécurisé et un support au niveau du plan financier, de la comptabilité, des ressources humaines, de la communication, des relations clients, etc. Les candidats repreneurs disposeront de cet accompagnement par des experts durant une période de 18 mois.

Un minimum de 25 candidats-entrepreneurs sont visés par ce projet spécifique durant la première année complète d'activité. Ce qui peut permettre le sauvetage d'un nombre d'emplois bien plus élevé que celui-là, tient à préciser le cabinet de Bernard Clerfayt. "Certaines des entreprises menacées de fermeture pourraient compter plusieurs salariés dont certains garderaient leur emploi en cas de reprise réussie des activités."

"Je suis persuadé qu’en offrant un cadre sécurisé pour relancer l'activité et un accompagnement sur mesure aux candidats repreneurs, nous parviendrons à augmenter le taux de reprise des entreprises."
Bernard Clerfayt (DéFI)
Ministre bruxellois de l'emploi

Sauver des emplois

Pour rappel, les prévisions les plus pessimistes de view.brussels (l'observatoire bruxellois de l'emploi et de la formation) ont annoncé que 30.000 personnes supplémentaires seraient à la recherche d'un emploi dans la Région-Capitale dans les prochains mois. Dans ce contexte, les Bruxellois qui ne trouvent pas de travail et qui envisagent de créer leur propre emploi pourront se tourner vers JobYourself qui rassemble déjà deux coopératives d’activités accompagnant les candidats entrepreneurs. Et avec Reload Yourself, ils auront également bientôt la possibilité d’envisager la reprise d’une entreprise existante.

"Reload Yourself, c’est une vraie réponse à la crise puisqu'on sauve des emplois et on valorise le potentiel dormant des activités qui prennent fin faute de repreneur. Mais la culture repreneuriale doit encore faire sa place. Je suis persuadé qu’en offrant un cadre sécurisé pour relancer l'activité et un accompagnement sur mesure aux candidats repreneurs, nous parviendrons à augmenter le taux de reprise des entreprises", déclare Bernard Clerfayt.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés