Bruxelles vise un retour à l'équilibre budgétaire en 2024

Le ministre régional du Budget Sven Gatz (Open Vld) remettra le budget au parlement bruxellois à la fin du mois d'octobre. ©BELGA

Le déficit de la Région bruxelloise s'élève à 1,5 milliard d'euros en 2020. Mais la charge fiscale des Bruxellois ne sera pas augmentée, assure Sven Gatz (Open Vld).

Le gouvernement bruxellois est parvenu, ce jeudi, à un accord sur le budget. Enfin plus précisément sur le compte 2020, le budget 2021 et la trajectoire budgétaire pluriannuelle jusqu'en 2024.

On retient tout d'abord de la communication du ministre bruxellois du Budget Sven Gatz (Open Vld) que la charge fiscale des Bruxellois ne sera pas augmentée, ce qui le satisfait. Et ensuite que le gouvernement régional s'est fixé comme objectif d'atteindre un équilibre budgétaire structurel d'ici 2024, à l'exception des investissements stratégiques. Comprenez que la crise sanitaire aura des conséquences lourdes sur la santé financière de la Région pendant plusieurs années.

En juillet dernier, la Région, qui avait déjà libéré près d'un demi-milliard d'euros dans des mesures d'aide, annonçait une enveloppe supplémentaire de 120 millions. Finalement, la sous-utilisation des budgets dédiés aux primes uniques a permis de neutraliser cette seconde enveloppe. La mesure de soutien à l'hôtellerie a d'ailleurs été confirmée par l'équipe de Rudi Vervoort (PS) ce jeudi. Une aide régionale de 16 millions d'euros sera répartie entre les exploitants d'hôtels avec un plafond de 200.000 euros par établissement et de 800.000 euros par entreprise.

130
Millions d'euros
La baisse de recettes commerciales de la Stib en 2020.

Bruxelles a également fait face à une baisse de ses revenus en 2020. "En effet, la Région a reçu moins de moyens du gouvernement fédéral via la loi de financement. Par ailleurs, la Stib a également connu une baisse significative de ses revenus, et les recettes des droits de succession ont été plus faibles que prévu", précise le libéral. La Stib, qui a investi cette année 8 millions d'euros dans le renfort des mesures d'hygiène, enregistre, en effet, une baisse de recettes d'environ 130 millions.

L'année 2020 s'achève donc avec un déficit qui viendra alourdir la dette de la Région bruxelloise. À la grosse louche, on évoque un montant d'1,5 milliard. "Nous avons trois enveloppes de 500 millions chacune: les investissements stratégiques, les mesures de soutien et les revenus en moins", schématise Sven Gatz. "Le demi-milliard d'investissements stratégiques, c'est notre responsabilité et on l'assume. L'autre milliard on le subit puisqu'on était obligé de prendre des mesures de soutien."

Une provision Covid en 2021

"Même si la situation sanitaire se stabilise, ce sera un sacré travail pour atteindre l'équilibre. Nous allons devoir réaliser des économies et tous les projets de la DPR ne pourront pas être développés avec l'ampleur initialement prévue."
Sven Gatz (Open Vld)
Ministre bruxellois du Budget

Pour ce qui est du déficit prévu en 2021, Sven Gatz tient à réserver la primeur de cette information aux parlementaires bruxellois. "Nous allons leur expliquer comment nous prévoyons de réduire progressivement le déficit dans les années à venir. Même si la situation sanitaire se stabilise, ce sera un sacré travail pour atteindre l'équilibre. Nous allons devoir réaliser des économies et tous les projets de la déclaration de politique régionale (DPR) ne pourront pas être développés avec l'ampleur initialement prévue. Nous comptons aussi sur une partie légitime des ressources réservées à notre pays par le Fonds européen de relance."

Au budget 2021, la provision Covid s'élève à 280 millions d'euros. "On espère que cela sera suffisant, mais on ne peut pas prédire ce qui va se passer dans les mois à venir au niveau sanitaire", admet Sven Gatz, qui précise que les aides déjà apportées par la Région aux différents groupes-cibles permettent cependant d'avoir une vue plus claire sur leur situation. En clair, les aides seront sans doute octroyées de manière plus fine dans le futur.

Le libéral précise qu'il ne faut pas confondre ce montant de 280 millions, comprenant surtout des mesures de soutien, avec la politique de relance économique. C'est le ministre-président Rudi Vervoort (PS) qui en dévoilera les grandes lignes face aux députés lors de la déclaration de politique générale prévue en séance plénière du parlement bruxellois ce vendredi. En attendant, Sven Gatz a déjà fait savoir que Bruxelles ne renoncera pas à ses investissements en matière de logement social, d'emploi, de mesures environnementales et de mobilité.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés