Citydev va doubler le nombre de ses parcs PME d'ici cinq ans

30% des moyens de Citydev devront être alloués à des projets dits mixtes, comprenant de l'habitat et des parcs d'entreprises, fait savoir son directeur Benjamin Cadranel. ©saskia vanderstichele

Le nouveau contrat de gestion de Citydev met l'accent sur la mise à disposition d’espaces au bénéfice des entreprises productives. Objectif: passer à dix parcs PME d'ici 2026.

Le contrat de gestion 2021-2025 conclu entre le gouvernement bruxellois et citydev.brussels a été signé ce jeudi. Malgré la crise et la situation financière difficile de la Région bruxelloise, cet organisme public ne verra pas ses moyens rabotés.

"Il y avait forcément un doute, car il y a moins d'argent à consacrer à des projets ambitieux pour le moment. Mais la crise a aussi mis en avant l'importance d'avoir des logements décents et de produire localement, deux de nos axes principaux", fait valoir Benjamin Cadranel. Le patron de Citydev ajoute que le volume d'activités augmentera dans les années à venir sans hausse du volume de subsides par rapport à la précédente législature.

"Plutôt que des grands zonings, on prévoit des petits ateliers entre 150m² et 500m² qui s'intègrent bien dans le tissu urbain."
Benjamin Cadranel
Administrateur général de Citydev

Hausse des recettes

Si la création de logements subventionnés, une activité forcément déficitaire, nécessite encore des apports publics, citydev.brussels peut tout de même se targuer d'avoir gonflé ses recettes propres qui représentent aujourd'hui plus de la moitié de ses ressources. Entre 2013 et 2019, les recettes issues de canons emphytéotiques des loyers ont connu une hausse de plus de six millions d'euros.

Surtout connu pour ses missions liées au logement, cet organisme public doit pourtant une grande partie de ses revenus aux activités économiques. Selon le nouveau contrat de gestion, 30% des moyens de Citydev devront d'ailleurs être alloués à des projets dits mixtes, comprenant de l'habitat et de l'activité productive.

"Outre le taux d'emploi par hectare et la solidité financière de l'entreprise, la durabilité et la circularité seront des critères."
Benjamin Cadranel

"On y était déjà dans les faits, mais on tire l'objectif à la hausse pour tirer aussi le résultat. Pas question de relâcher nos efforts", commente Benjamin Cadranel qui annonce que le nombre de parcs PME va doubler, passant de cinq actuellement à dix parcs en activité d'ici 2026.

Créer des "écosystèmes porteurs"

"Les parcs PME sont nos produits phares en expansion économique et on restera dans la continuité. Plutôt que des grands zonings, on prévoit des petits ateliers entre 150 m² et 500 m² qui s'intègrent bien dans le tissu urbain et que l'on réserve à des entreprises qui produisent des choses: menuiserie, chocolaterie, microbrasserie... On a plus de turnover qu'en louant un terrain de trois hectares à une multinationale, mais on a, en revanche, une meilleure densité d'emplois et cela crée des écosystèmes porteurs", souligne l'administrateur général de Citydev.

Le nouveau contrat de gestion qui met l'accent sur la transition écologique aura pour conséquence de modifier les critères de sélection des entreprises locataires de ces espaces. "Les terrains commencent à être rares et on ne court plus derrière les entreprises. Outre le taux d'emploi par hectare et la solidité financière de l'entreprise, la durabilité et la circularité seront des critères que l'on doit encore affiner avec la secrétaire d'État."

Objectifs environnementaux

Comme pour Finance&Invest sur lequel elle a également la tutelle, Barbara Trachte (Ecolo) a en effet fait appliquer le principe fixé dans l'accord de gouvernement, à savoir que toutes les politiques économiques doivent s'aligner sur les objectifs environnementaux. Pour Citydev, cela se traduit par divers principes tels que l'exemplarité en matière de durabilité du bâti, le développement de la biodiversité dans les projets, la consultation participative...

200
logements
Parmi les objectifs poursuivis par le nouveau contrat de gestion de Citydev, la construction de 200 logements zéro énergie.

Au travers de missions déléguées, Citydev développera un axe dédié à l'agriculture urbaine, un autre à la logistique. "Comme cela prend beaucoup d'espace pour peu d'emplois, la logistique était jusqu'ici exclue sur les sites Citydev. Sauf que les choses ont évolué: on ne parle pas d'un gros centre de tri européen qui n'a pas sa place en ville, mais plutôt d'organiser de manière plus durable le dernier kilomètre", explique Benjamin Cadranel.

Plus de logements en emphytéose

En matière de rénovation urbaine et de logements, les objectifs chiffrés fixés par le ministre-président Rudi Vervoort (PS) restent identiques. Il est question de faire sortir de terre un millier de logements majoritairement acquisitifs en cinq ans. Seule différence: la construction de logements sociaux, qui faisait déjà partie des bonnes pratiques, sera accentuée à la demande du gouvernement régional.

Autres balises fixées par le nouveau contrat de gestion: produire 200 logements zéro énergie; 20% également dans les communes de la seconde couronne où le problème d’accessibilité au logement est important et développer un minimum de 20% des logements en emphytéose.

"Dans une région qui manque de foncier, l'emphytéose doit nous permettre de garder la main sur les terrains qui deviennent généralement libres à la fin de la convention. Mais c'est quelque chose qui est encore culturellement compliqué aujourd'hui, donc on n'était pas prêt à faire du 100% sous ce régime", précise le patron de Citydev.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés