Publicité
Publicité

Dans 20 jours, le 30km/h sera la nouvelle norme bruxelloise

Les zones 30 vont couvrir quasiment toute la Région bruxelloise en 2021, avec quelques axes où l'on pourra cependant encore rouler à 50, voire 70 km/h. ©Photo News

La ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen) a convié une série d'acteurs pour les convaincre des bienfaits de la généralisation de la zone 30.

Ville 30, l'un des projets phares de la ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen), deviendra une réalité au 1er janvier 2021. Dans une vingtaine de jours, tous les automobilistes devront prendre le pli de lever le pied en ville pour respecter la nouvelle limite de vitesse fixée à 30km/h. Seule une poignée de grands axes seront encore limités à 50 et 70 km/h, ce qui sera signalé par des panneaux spécifiques. La mesure a ses adeptes, mais aussi ses détracteurs. La ministre écologiste qui en est bien consciente a donc réuni ce mercredi matin un maximum d'acteurs pour faire l'apologie de la Ville 30.

Le plan de la zone 30 bientôt généralisée à Bruxelles.

Réquisitionné pour dire tout le bien qu'il pense de ce projet, le bourgmestre d'Ixelles Christos Doulkeridis (Ecolo) a notamment déclaré que la mesure répond à la volonté de plus en plus claire des habitants de pouvoir s'approprier leur quartier, avec leurs enfants, sans se mettre en danger. Le projet Ville 30 aura également, selon lui, le mérite d'améliorer la lisibilité. "Nous avions le projet d'avancer à Ixelles, mais le fait que cela se fasse à l'échelle du territoire régional est idéal."

Experte en sécurité routière chez Bruxelles Mobilité, Isabelle Janssens est ensuite intervenue pour rappeler, chiffres à l'appui, que le passage en zone 30 permettra de réduire les accidents de la route, au nombre de 20 tués et 178 blessés graves l'an dernier à Bruxelles. Afin de démontrer qu'il s'agit bien d'un projet soutenu par la société civile, la porte-parole du collectif Heroes for Zero était aussi de la partie. "Nous sommes très contents d'avoir été écoutés, mais nous resterons attentifs à la suite car des mesures d'accompagnement sont nécessaires!", a déclaré Sophie Feyder.

Puis, c'est un expert en mobilité de la VUB qui a pris la parole pour souligner les effets de la Ville 30 sur la qualité de l'air et la santé. Grâce à la réduction de la limite de vitesse à 50km/h à 30km/h, les automobilistes accéléreront et freineront moins fort, ce qui aura pour conséquence de réduire les émissions, a souligné Bas de Geus.

Saisies de véhicules

L'intervention de la bourgmestre f.f. de Schaerbeek a toutefois mis en évidence les difficultés d'implémentation. "La sécurité routière et des quartiers apaisés, tout le monde y aspire, mais c'est moins évident quand il s'agit de modifier son comportement. L'adhésion est progressive. Dans le cadre d'un réaménagement de l'espace public, nous intégrons toujours le facteur secteur routière", a ainsi déclaré Cécile Jodogne (DéFI) qui a rappelé que plusieurs drames survenus sur le territoire de la Cité des Ânes ont servi d'éléments déclencheurs pour faire de Schaerbeek une commune pilote en septembre 2018. "Ce n'était pas une décision très populaire et certains continuent de ne pas la respecter."

"La sécurité routière et des quartiers apaisés, tout le monde y aspire, mais c'est moins évident quand il s'agit de modifier son comportement."
Cécil Jodogne (DéFI)
Bourgmestre f.f. de Schaerbeek

Nécessaire, la répression s'est appuyée sur des piliers: "On a travaillé sur le volume et la qualité des contrôles. Nous avons identifié les lieux les plus accidentogènes qui nécessitaient des actions plus intensives. Et nous travaillons aussi sur les auteurs, des récidivistes dont le comportement met en danger la vie des usagers faibles, en effectuant des saisies administratives de véhicules", explique Frédéric Dauphin, chef de corps de la zone de police Nord. Une trentaine de véhicules ont ainsi été saisis suite à des comportements particulièrement dangereux. Entre 2019 et 2020, la zone a enregistré une baisse de 12% des accidents avec lésions corporelles.

Zéro piéton tué à Helsinki en 2019

Le maire de Grenoble et une adjointe au maire d'Helsinki ont répondu à l'appel de Bruxelles, pour convaincre les plus réticents. "Au bout d'un an, 40% des gens respectaient la limitation de vitesse. Le nombre de blessés a baissé. Quand je vais dans d'autres villes, le bruit généré par les voitures qui roulent à 50km/h et l'impression de vitesse me choquent", a témoigné Eric Piolle (EELV). Anni Sinnemäki a quant à elle souligné les bienfaits de la zone 30 en rappelant que 2019 a été une année historique pour Helsinki avec zéro piéton décédé dans le trafic. Un argument imparable.

"Quand je vais dans d'autres villes, le bruit généré par les voitures qui roulent à 50km/h et l'impression de vitesse me choquent."
Eric Piolle (EELV)
Maire de Grenoble

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés