Deuxième vague de mesures de soutien économique à Bruxelles

L'équipe Vervoort au grand complet a présenté mardi les nouvelles mesures de soutien économique et les grands axes du futur plan de redéploiement. ©Photo News

Le gouvernement bruxellois a approuvé une nouvelle série de mesures à court terme pour un montant total de 120 millions d'euros.

Ça y est, Bruxelles tient son plan de relance post-covid! Enfin pas tout à fait: comme nous l'expliquait le ministre-président Rudi Vervoort (PS) ce samedi, il faudra patienter jusqu'à l'ajustement budgétaire de la rentrée pour connaître les contours du plan de redéploiement à long terme, fondé sur les priorités de la déclaration de politique régionale. En attendant, un second paquet de mesures d'urgence destinées aux personnes et entreprises ayant encore besoin du soutien des pouvoirs publics a été adopté. Pour un montant total de 120 millions d'euros dont une vingtaine est réservée au secteur hôtelier, particulièrement en souffrance.

20
millions d'euros
La somme réservée pour de nouvelles mesures de soutien au secteur hôtelier.

Pour soutenir le monde entrepreneurial, la Région bruxelloise se concentre cette fois sur les loyers commerciaux. Les Bailleurs Publics Régionaux (BPR) tels que Citydev.brussels, le Port de Bruxelles, les incubateurs et les Centres d’Entreprises pourront suspendre les loyers pendant trois mois. Pour les bailleurs privés, un accord entre propriétaire et locataire sera indispensable pour procéder à la suspension du loyer commercial pendant quatre mois. Si le propriétaire procède à un geste pour une ou deux mensualités, un régime d'avance de la Région, à savoir un prêt remboursable sur 18 mois, permettra de verser les deux autres mois de loyer dans les temps.

La secrétaire d'État en charge de la Transition économique Barbara Trachte (Ecolo) a aussi annoncé mettre les bouchées doubles sur la mobilisation de l'épargne citoyenne pour faire face à la crise de solvabilité des entreprises bruxelloises. Pour compléter le prêt Proxi, des coopératives de crédit et des plateformes de financement alternatif mettront directement en relation les citoyens avec des projets à financer. Toujours dans l'optique de limiter les faillites, le repreneuriat des entreprises en difficulté par les travailleurs sous la forme de coopérative sera facilité.

Une prime Activa spéciale covid

Le ministre de l'Environnement Alain Maron (Ecolo) avait déjà fait savoir que la relance passerait par la rénovation énergétique des bâtiments. Pour ce faire, le budget des primes Énergie est rehaussé de 8 millions d'euros. Pour accélérer les investissements immobiliers tant publics que privés, le secrétaire d'État à l'Urbanisme Pascal Smet (one.brussels) promet quant à lui la digitalisation de la délivrance des permis.

8
millions d'euros
Le montant de l'augmentation du budget des primes énergie.

Bruxelles va compter plus de chercheurs d'emplois mais moins d'offres d'emploi. Une fois ce constat posé, Bernard Clerfayt (DéFI) a notamment annoncé le renforcement des équipes d'Actiris et la création du Fonds Rebond visant à octroyer un accompagnement sur mesure aux travailleurs bruxellois licenciés dans le cadre d’une faillite causée par la crise. Calquée sur le principe activa.brussels, une nouvelle mesure de mise à l'emploi baptisée Activa-19 sera accessible dès janvier prochain aux personnes ayant perdu leur emploi dans le cadre de la crise. Tous les chercheurs d’emploi inscrits chez Actiris entre le 1er avril et le 31 décembre seront porteurs d'une prime - dont le montant doit encore être négocié avec les partenaires sociaux- visant à les rendre plus attractifs aux yeux des employeurs.

Impact budgétaire important

Par la voix de son ministre des Finances, l'exécutif bruxellois a rappelé que pas moins de 463 millions d'euros ont déjà été libérés pour des mesures directes de soutien durant la crise sanitaire. L'enveloppe de 120 millions supplémentaires devra être approuvée par le parlement régional, fin des pouvoirs spéciaux oblige. Le tout aura un impact budgétaire important, au point de devoir ventiler les surcoûts sur deux ans, a fait savoir Sven Gatz (Open Vld). Outre les mesures de soutien, la Région-Capitale enregistre une baisse d'environ 125 millions d'euros de ses recettes fiscales et de 80 millions de ses dotations fédérales. Les organismes publics tels que la Stib, le Port de Bruxelles ou encore l'Agence de stationnement affichent aussi des pertes de recettes pour un montant global estimé pour l'heure à près d'une centaine de millions d'euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés