Ecolo est réticent face à l'extension du métro à Bruxelles

L’automatisation des lignes de métro 1 et 5 sont une piste que les verts envisagent. ©Photo News

Les écologistes émettent de sérieux doutes quant à la future ligne 3 de la Stib. Ils préconisent des solutions plus rapides à mettre en place et moins coûteuses.

La ligne 3 est encore loin d’arriver à bon port. Cette nouvelle ligne de métro, que la Stib désire implanter sur l’axe nord-sud de Bruxelles, vise à relier la station Bordet (Evere) à la place Albert (Forest) en passant par le centre-ville. Un gros chantier, ou plutôt deux: il s’agit, d’une part, de réaménager le tronçon de pré-métro existant entre la gare du Nord et la place Albert; d’autre part, de creuser un tunnel et de construire de nouvelles stations de métro sur la partie nord du projet.

Un projet qui doit passer ce mardi sur la table de la commission de concertation de la Ville de Bruxelles, avant de recevoir le feu vert du gouvernement bruxellois. Si l’avis de la commission ne devrait pas être négatif, rien ne dit que le premier coup de pioche suivra bien dans la foulée. C’est que depuis octobre dernier, Ecolo a accédé aux majorités communales à Saint-Gilles et à la Ville. Invitées à donner leur avis sur le projet de la ligne 3, les deux communes ont été très critiques, et ont assorti la poursuite du projet de conditions très strictes.

Une opposition idéologique?

Chez les verts, on jette un œil pour le moins circonspect sur l’extension du métro. D’aucuns y verraient même une opposition idéologique. "C’est une croisade contre le métro, qu’ils mènent depuis très longtemps", déclarait ainsi au Soir Didier Reynders (MR), ministre de tutelle de Beliris (accord de coopération entre le Fédéral et la Région, qui vise à financer des projets d’envergure à Bruxelles).

Une accusation que balaie Alain Maron, tête de file Ecolo aux élections régionales à Bruxelles. "Nous n’avons rien idéologiquement contre le métro, c’est absurde. Les écologistes sont contents qu’il y ait un métro à Bruxelles. Il n’y a pas d’idéologie anti-métro chez nous."

"Nous dénonçons la RERisation du projet: des délais allongés et des budgets explosés."
Alain Maron
Député Ecolo à Bruxelles

Ceci étant posé, le député bruxellois ne cache toutefois pas ses réticences envers la future ligne 3. "Nous nous posons beaucoup de questions sur ce projet, qui, pour nous, a été fort mis à mal ces cinq dernières années. Ce que nous dénonçons, c’est la RERisation du projet, des délais considérablement allongés on parle de 2030 alors qu’initialement, c’était 2022 et des budgets qui explosent. Nous ne sommes pas anti-métro, sauf si le métro accapare tous les budgets disponibles, au détriment d’autres solutions de mobilité à mettre en place en parallèle."

Pour les verts, il s’agirait avant tout de travailler sur d’autres pistes, comme l’exploitation par la Stib du réseau ferré bruxellois, le développement de nouvelles lignes de tram et de bus, ou encore l’automatisation des lignes de métro 1 et 5. Des solutions moins coûteuses et plus rapides à mettre en place, selon Alain Maron.

Quoi qu’il en soit, l’extension du métro pourrait bien être un des thèmes de la campagne pour les régionales. Le cdH, par l’entremise de son chef de groupe à Bruxelles Benoît Cerexhe s’est déclaré favorable au projet de ligne 3. Els Ampe, cheffe de groupe de la section bruxelloise de l’Open VLD, a quant à elle appelé à une grande coalition de partis "autour de la prolongation du métro".

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content