Emir Kir fait amende honorable

Emir Kir. ©BELGA

Le député bourgmestre de Saint-Josse met le PS dans l'embarras après avoir reçu une délégation de maires turcs dont deux font partie du MHP, parti d'extrême droite. Ce mardi, il a fait son mea culpa.

C’est par un double tweet qu’Emir Kir a choisi l’apaisement ce mardi. Le député bourgmestre de Saint-Josse fait l’objet d’une instruction de la commission de vigilance du PS pour avoir reçu des représentants du parti d’extrême droite turc MHP dans sa commune. Un geste qu'il dit regretter aujourd'hui. Il avait jusqu'ici invoqué le fait que la délégation avait, dans son ensemble, été reçue par les institutions européennes.

"Je réaffirme sans ambiguïté qu’il s’agissait d’une erreur d’appréciation de ma part. À l’avenir, je ferai preuve de plus de vigilance. Je redis mon attachement aux valeurs du PS et rappelle avec force ma condamnation de l’extrême droite sous toutes ses formes où que ce soit dans le monde", a tweeté Emir Kir après avoir été entendu par la commission de vigilance du PS.

Pour rappel c’est un militant, Jérémie Tojerow, qui avait saisi les instances de son parti suite à la publication sur les réseaux sociaux par Emir Kir de photos de cette visite qu’il jugeait contraire au principe du cordon sanitaire autour de l'extrême droite.

 

L'arc-en-ciel tient à un siège. Celui de Kir?

L’affaire a mis le PS de l’embarras alors qu’Emir Kir pèse plus quelque 18.500 voix et contribue largement au maintien électoral du parti à Bruxelles. S’il devait être exclu du PS (la procédure est toujours en cours), celui-ci perdrait également un siège à la Chambre, ce qui ferait perdre sa majorité à la coalition arc-en-ciel (socialistes, libéraux et écologistes, 76 sièges sur 150) qui servait de base au projet Paul Magnette lorsqu’il tentait de lancer la formation d'un gouvernement fédéral.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés