Emploi des langues: la N-VA veut sévir

Le nombre de travailleurs de bpost bilingues est en baisse de 9% depuis 5 ans. © Didier Lebrun ©Photo News

La N-VA désire imputer des amendes aux entreprises publiques qui ne respectent pas la loi sur les langues

La N-VA exige que les entreprises publiques, comme bpost, Belgacom et le groupe SNCB, respectent la législation en matière d'usage des langues. Si tel n'est pas le cas, celles-ci devront être sanctionnées via une amende inscrite dans leur prochain contrat de gestion, estime jeudi le député Bert Maertens, en réaction à l'information selon laquelle 38% des travailleurs bruxellois de bpost ne parlent pas le néerlandais.

Le nombre de travailleurs de bpost bilingues est en baisse de 9% depuis 5 ans, ressort-il d'une question du sénateur Bert Anciaux à la ministre des entreprises publiques, Inge Vervotte.

Le sénateur estime que la situation est "inacceptable". "Le bilinguisme des services publics bruxellois est inscrit dans la Constitution et doit être respecté. Quiconque entre en contact avec le public à Bruxelles doit être bilingue."

Le député Maertens partage ce point de vue, mais il veut aller plus loin. Il plaide pour l'introduction d'amendes en cas de non-respect de la législation. "Nous voulons qu'un système d'amendes, en l'occurrence une diminution de la dotation, soit inscrit dans les nouveaux contrats de gestion conclu avec les autorités."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés