En 2020, la Stib testera une application intégrant des acteurs de mobilité privés

La maquette des nouveaux trams TNG attendus en 2020. ©Stib

De nouveaux modèles de métro, de tram et de bus sont attendus sur le réseau de la Stib en 2020. L’année sera également marquée par le test d’une application de mobilité intégrant divers opérateurs, publics et privés. Une navette autonome roulera aussi pour la première fois dans l’espace public.

L’année 2020 du transport public bruxellois sera marquée par les chantiers de la future ligne de métro 3. Débutera au sud le réaménagement d’Albert en station multimodale tandis que les premiers coups de pioche seront donnés à Schaerbeek pour creuser un tunnel sous le "grill" d’aiguillages de la gare du Nord. Le chantier de construction de la nouvelle station Toots Thielemans prendra aussi de l’ampleur. Indispensables, ces travaux ne toucheront toutefois pas directement le quotidien des usagers de la Stib qui peuvent s’attendre à d’autres évolutions tangibles sur le réseau en 2020.

Première nouveauté attendue dès février avec la livraison d’une première rame de métro M7. Un sondage avait permis aux Bruxellois de choisir la couleur argent de ces métros construits par CAF à Bilbao. Le résultat grandeur nature sera visible lors de la mise en service prévue entre septembre et décembre, après des tests d’intégration sur le réseau. Grâce à l’arrivée de ces 22 rames (sur une commande totale de 43), la Stib pourra augmenter les fréquences du métro en heure de pointe, ce qui n’a plus été fait depuis 2012. Les nouveaux métros seront injectés sur la ligne 1-5 où ils remplaceront d’anciens modèles déplacés sur la ligne 2-6. Dans un premier temps, ce sont donc les fréquences de la ligne 2-6 qui augmenteront, passant de 3 minutes à 2 minutes 30 en 2021.

Autre nouveauté attendue: la livraison de 141 bus hybrides articulés de la marque Iveco. De quoi permettre une modernisation et un accroissement de la flotte afin d’étendre le réseau. En effet, la troisième phase du plan bus prévoit la mise en service, durant le mois de mars, de la nouvelle ligne 56 vers Neder-over-Heembeek tandis que l’exploitation de la ligne 74 qui constituera une liaison inédite entre Uccle-Calevoet et le site Erasme est programmée à l’automne. Au rayon bus, notons encore le lancement d’une étude sur les bus roulant à l’hydrogène menée par l’ULB et la VUB visant à savoir si cette technologie pourrait s’appliquer au réseau de la Stib.

Paiement sans contact

L’année 2020 sera aussi celle du paiement sans contact, une avancée technologique qui doit faciliter l’usage des transports publics par les clients occasionnels et les touristes qui utilisent essentiellement aujourd’hui des tickets papier 1 voyage. Après une phase-test en janvier, le système sera disponible au public, sans restriction, vers les mois d’avril-mai. Au rayon des nouveaux moyens de paiement, citons aussi le déploiement à partir d’avril de 400 nouveaux automates de vente GO qui délivreront des cartes Mobib Basic, ce qui signifie qu’un passage en boutique ne sera plus indispensable.

C’est un grand pas dans la digitalisation du transport public.
Brieuc de Meeûs
CEO de la Stib

Avril sera aussi le mois du lancement du test par 2.000 volontaires de la première version d’un MAAS (mobility as a service) public. En clair, la Stib va tester pendant au moins six mois sur un panel représentatif de sa clientèle une plateforme de mobilité intégrant plusieurs acteurs publics et privés. Une seule application permettra de planifier et payer son trajet, quels que soient les services utilisés (taxis, vélos, trottinettes ou voitures partagés…).

Le test permettra d’analyser les comportements de mobilité et d’avoir une vue précise sur la gestion de l’application, notamment sur la répartition des revenus entre les différents acteurs. La Stib identifie pour l’heure les sociétés partenaires qui seront incluses dans le test. Des critères tels que la présence sur l’ensemble du territoire bruxellois seront pris en compte. "C’est un grand pas dans la digitalisation du transport public. Après ce test, il faudra environ deux années pour développer le MAAS définitif", précise Brieuc de Meeus, CEO de la Stib.

Nouvelle génération

Nous voici déjà en juin avec la livraison des TNG, les trams nouvelle génération conçus par Bombardier. Frère jumeau des T300 et T400, le TNG est aménagé de façon à renforcer la fluidité de circulation des usagers à l’intérieur. Ces 90 nouveaux trams permettront de remplacer une partie des engins les plus anciens et d’accroître la capacité totale du parc de trams de la Stib d’environ 7%. Une hausse nécessaire pour assurer l’alimentation des nouvelles lignes prévues par le gouvernement, à savoir l’extension du tram 9 jusqu’au Heysel et les trams vers Neder-over-Heembeek et Tour & Taxis.

La Stib poursuivra ses expérimentations en matière de navettes autonomes en 2020 avec une étape ambitieuse à franchir en septembre. Les deux bus autonomes électriques loués au constructeur français EasyMile seront amenés à circuler sur la voirie sur une distance d’environ 700 mètres, entre le site de l’hôpital Brugmann et la station de métro Houba-Brugmann. La Stib attend encore le feu vert du SPF Mobilité.

La rénovation de la station De Brouckère s’achèvera aux alentours de juillet. Les travaux de réaménagement des stations Gare Centrale et Parc seront amorcés courant 2020, s’étalant sur deux ans. Jusqu’ici abrité à Parc, le dispatching de la Stib rejoindra Mobiris, le centre de contrôle de Bruxelles Mobilité, dans le nouveau Brussels Mobility Center. Déménagement planifié en septembre.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n