En Wallonie et à Bruxelles, nouvelles compétences rime avec choix budgétaires

©BELGA

Ce 1er juillet, les Régions hériteront concrètement de leurs nouvelles compétences. En pleine négociation gouvernementale et budgétaire.

Le big bang? Dès le 1er juillet, une nouvelle période s’ouvre pour les entités fédérées de Belgique. C’est en effet mardi que la Wallonie, Bruxelles et la Flandre recevront des dizaines de nouvelles compétences issues de la sixième réforme de l’Etat. Bonus-logement, allocations familiales, titres-services, emploi… Ces matières représentent près de 20 milliards d’euros de budget.

Le problème? Lors des négociations de 2011, le fédéral a profité de ce délestage pour assainir ses finances. En clair, si les Régions reçoivent aujourd’hui les budgets liés aux compétences, les moyens afférents ont été rabotés au passage. On parle d’un total de 2,5 milliards d’euros en moins par rapport au budget initial. Pour la Région Wallonne, cela représente un coût de 287 millions en 2015 et 536 millions en 2016, selon une étude de l’Université de Namur et de l’ULB. Certaines prévisions estiment même que ces transferts pourraient provoquer un déficit flirtant avec le milliard d’euros en Région wallonne en 2020.

L’heure des choix… Les responsables du prochain gouvernement savent qu’ils seront obligés de faire des choix économiques difficiles dès 2014 s’ils veulent éviter la banqueroute financière.

Reste "LA" question: où les autorités régionales décideront-elles d’aller piocher les économies? Tout se joue depuis quelques jours. Dans le sud du pays, Paul Magnette et Elio Di Rupo pour le PS et Benoît Lutgen pour le cdH s’arrachent les cheveux et négocient les politiques qui devront être moins généreuses lors de la prochaine législature. Si rien ne filtre des discussions, certains en coulisses évoquent une diminution du montant déductible des titres-services. Un regroupement des aides à l’emploi serait également une piste étudiée pour dénicher quelques économies. Dernière précision, rien n’oblige la Région à faire ces efforts sur les politiques transférées.

Et à Bruxelles?

À Bruxelles, les négociateurs PS, cdH, FDF, Open Vld, sp.a et CD & V ont déjà décidé ce qu’ils allaient faire des compétences qui leur seront transférées. Par exemple, les allocations familiales vont représenter plus de 729 millions, la première priorité sera d’en garantir la continuité du paiement.

Pour la suite, les négociateurs se sont mis d’accord sur la nécessité de rationaliser les circuits de paiement et d’analyser, dès le début de la législature, les conditions d’une réforme veillant à renforcer le principe de 1 enfant = 1 enfant et à introduire des correctifs sociaux.

En matière d’emploi, la Région bruxelloise va recevoir plus de 610 millions du Fédéral pour mener de nouvelles politiques. Vont-ils privilégier l’activation des demandeurs d’emploi ou miser davantage sur les réductions groupes-cibles? Dans le premier cas, il s’agit de pousser le chômeur à travailler en augmentant son salaire net via le bonus emploi. Cela comprend aussi le contrôle des chômeurs. Dans le deuxième cas, il s’agit d’inciter l’employeur à engager des catégories spécifiques de demandeurs d’emploi, par exemple les jeunes.

Cette catégorie a fait l’objet d’une attention particulière du précédent gouvernement qui a notamment mis en place la garantie-jeune. Celle-ci semble donner des résultats puisque le taux de chômage des jeunes est en baisse à Bruxelles. Malgré tout, il reste élevé. En mai, il atteignait 27,5%. Il est donc assez probable que le futur gouvernement utilise ses nouveaux moyens pour renforcer cette politique. C’était d’ailleurs une demande claire du patron d’Actiris.

D’après nos informations, la question aurait été tranchée ce vendredi. Mais rien ne fuite. Les négociateurs se veulent extrêmement prudents en attendant un accord global.

Mardi, après avoir procédé à la relecture des accords engrangés sur ce premier chapitre "Emploi", ils attaqueront le chapitre suivant: l’aménagement du territoire. Il sera question des grands projets d’urbanisme tels que Néo, le futur stade, Josaphat, etc. Ils devraient avancer relativement vite sur ces dossiers qui ont fait l’objet d’accords préalables. Le point qui devrait susciter davantage de discussion est celui lié au logement. Le PS et le cdH en profiteront sans doute pour mettre l’allocation loyer sur la table.

300 millions à trouver

Encore plus difficile: le budget. Selon certaines informations, la Région bruxelloise devrait économiser 300 millions en 2015. Où ira-t-elle les chercher? Dans les nouvelles compétences? Il n’y a pas qu’en Wallonie que la question se pose.

[Suivez Anaïs Sorée sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés