François De Smet est le nouveau président de DéFI

Christophe Magdalijns et François De Smet ©Dieter Telemans

En élisant l'ancien directeur de Myria au premier tour, DéFI tourne la page d'un quart de siècle de l'histoire du parti.

Les militants de DéFI se préparent à tourner, dimanche, la page d'un quart de siècle de l'histoire de leur parti, en grande partie incarnée par leur président sortant Olivier Maingain. François De Smet, a été élu premier tour face à Christophe Magdalijns avec 62,3% des voix lors d'un congrès organisé à Bruxelles, sur le site de Tour et Taxis, au coeur de la capitale.

Maingain omniprésent

Au-delà de l'élection, la succession ne sera pas une mince affaire pour François De Smet tant Olivier Maingain a été omniprésent, par sa personnalité, mais aussi par sa maîtrise des enjeux institutionnels et politiques du pays.

Avec lui, la formation amarante a connu une réelle mutation: l'explosion, en 2011, de la coalition qu'elle formait, depuis 1993, avec le MR, sur une divergence d'approche du projet de scission de l'arrondissement électoral et judiciaire de Bruxelles-Hal-Vilvorde sans l'élargissement de Bruxelles; l'ouverture à des thématiques plus larges par le prisme d'une doctrine libérale sociale assumée face à un MR davantage prêt à des compromis avec des libéraux plus conservateurs, en Flandre; un changement de nom en 2015; une ouverture vers la Wallonie où, fort de quelques dizaines d'élus locaux et provinciaux, DéFI n'a jusqu'à présent pas décroché de siège au parlement régional...

A l'interne, la structure du parti à quelque peu évolué avec la désignation de présidences pour Bruxelles, la Wallonie, et la périphérie. L'émergence d'une nouvelle personnalité à la tête du parti né en 1964, pourrait aussi annoncer un approfondissement de la démocratie interne et de la doctrine.

François De Smet a le soutien affiché parfois publiquement par des ténors du parti.

Le protégé d'Hasquin

Né le 3 mai 1977, François De Smet est Docteur en philosophie de l'ULB, diplômé d'Études Approfondies (DEA) Transdisciplinaire plurifacultaire. Avant sa récente apparition à la Chambre, à l'issue du scrutin du mois de mai dernier, il a fréquenté le monde politique via son expérience d'attaché, puis de conseiller de l'ex-ministre président libéral du gouvernement de la Communauté française, Hervé Hasquin, de 1999 à 2004. Il a ensuite exercé d'autres fonctions au sein du ministère de la Communauté française.

Fort d'une expérience de collaborateur au Centre pour l'Égalité des Chances et la Lutte contre le Racisme (2006-2010), il s'est fait connaître, au cours des dernières années, comme directeur du Centre fédéral de la Migration (Myria) (2015-2019).

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect