Futur stade national: le prix du sentier a... triplé

©BELGA

La N-VA demande de ne pas octroyer de permis de bâtir pour le Stade national.

La N-VA veut que les autorités flamandes bloquent l'octroi du permis de bâtir pour le Stade National. Cette décision revient normalement à la commune de Grimbergen, mais la Flandre joue néanmoins un rôle important dans ce dossier.

©Jaspers-Eyers Architects

Si l'administration se prononce négativement, Grimbergen est dans l'obligation de suivre cet avis.

Ce nouveau retard empêcherait dès lors l'entrepreneur Ghelamco d'entamer les travaux cet été.

La N-VA estime que la Flandre doit remettre un avis négatif car le permis de bâtir ne respecte pas les plans d'aménagement du territoire.

Ghelamco indique ne pas être inquiet et continuer le développement du projet.

Il pourrait néanmoins y avoir du retard. Pourquoi?

Des documents qui seront soumis jeudi au vote du conseil communal de Grimbergen évaluent désormais à 1,45 million d'euros le prix du sentier vicinal qui doit être supprimé sur le site du parking C du plateau du Heysel pour permettre la construction du futur stade national. C'est le chef de groupe N-VA au parlement bruxellois, Johan Van den Driessche, qui le relève.

Pourtant, la commune était parvenue, en juin dernier, à un accord avec la Ville de Bruxelles et Ghelamco pour la vente du sentier - dont on ne retrouve plus de trace qu'administrative - pour un montant de 557.400 euros.

"Le prix du sentier a donc été triplé juste avant que l'on ne décide de sa suppression, c'est étonnant", commente Van den Driessche.

→ La réévaluation serait due au fait que la parcelle est mentionnée en terrain à bâtir.

Le vote prévu jeudi risque de gêner Groen, qui fait partie à Grimbergen d'une majorité communale étriquée (un siège de plus que l'opposition). Un vote négatif pourrait retarder le lancement des travaux, dans la perspective du championnat d'Europe de football en 2020.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés