Hub.brussels au service des 99.000 entrepreneurs bruxellois

Le ministre bruxellois Didier Gosuin ©Photo News

Les services d’Atrium, d’Impulse et de l’administration Invest et Export bruxellois ont fusionné, ils deviennent hub.brussels. Une rationalisation pour un service plus efficace et plus lisible aux entreprises. L’opposition MR dénonce une opération de communication alors que hub.brussels n’a pas encore de direction.

Hub.brussels. C’est ainsi qu’il faudra désormais appeler le guichet unique auquel toute entreprise bruxelloise ou celle en devenir pourra s’adresser. Le gouvernement régional a dévoilé ce jeudi le nom de cette nouvelle structure qui marie les services d’Impulse, d’Atrium et du service public Brussels Invest et Export (BEI). "Les entrepreneurs de tout âge et de tous secteurs d’activités confondus pourront dorénavant se rendre à un seul endroit pour obtenir des conseils sur mesure", s’est réjouit Didier Gosuin (DéFI), ministre de l’Économie et cheville ouvrière de cette opération de rationalisation maintes fois annoncée.

En réalité, la nouvelle institution, qui a pris la forme d’une Société anonyme publique, a été créée dès l’an dernier et les trois opérateurs cohabitent déjà depuis un certain temps dans les locaux du 110 chaussée de Charleroi, acheté par la Région.

De saines synergies

C’est également à cette adresse qu’est géré le numéro d’appel 1819 pour un premier contact avec les mesures d’aides au développement économique orchestrées en Région bruxelloise.

"Tous les services dont une entreprise a besoin au cours de son cycle de vie sont couverts par un même centre d’expertise."
Didier Gosuin
ministre bruxellois de l’économie

"Tous les services dont une entreprise a besoin au cours de son cycle de vie sont désormais couverts au sein d’un même centre d’expertise, explique Didier Gosuin. De la pré-création à la croissance en passant par l’internationalisation des activités."

Pour rappel, Impulse s’était spécialisée dans l’accompagnement des jeunes entreprises alors qu’Atrium fut chargé par la Région d’accompagner le développement du commerce et du soutien aux quartiers commerçants en souffrance. Le BEI dépendait quant à lui de l’administration régionale pour assurer le soutien au commerce extérieur. C’est de lui que dépend la trentaine d’attachés commerciaux qui, à travers le monde, s’occupent de défricher le terrain pour les entreprises se développant à l’export.

La fusion promet des synergies. L’expérience d’Impulse pourra par exemple soutenir Atrium quand il s’agira d’accompagner un commerce nouvellement créé. Les compétences développées au sein du personnel de BEI pourraient servir à importer de l’étranger des concepts commerciaux novateurs, prévoit encore Didier Gosuin.

34 millions €
Budget
C'est le budget affecté au fonctionnement de hub.brussels.

Recherche de localisation, aide administrative pour les procédures de permis, recherche et demandes de subsides ou de financement, la structure promet un accompagnement centralisé plus efficace. Les entreprises auront, le cas échéant, un account manager dédié à leur dossier, annonce le ministre. Sa collègue Cécile Jodoigne (DéFI), secrétaire d’État au Commerce extérieur promet une émulation qui permettra aux services offerts de s’adapter à l’évolution du tissu économique. Un budget de 34 millions est affecté au fonctionnement de hub.brussels, lequel rassemble 300 personnes.

Le MR dénonce

"Le ministre lance avec force sa nouvelle structure et la mise en ligne du nouveau site internet qui, le 18 janvier est toujours "en construction" et ne fait que renvoyer vers les sites des entités fusionnées dont une simple page Facebook pour Atrium", dénonce Marion Lemesre, députée MR (opposition). Elle relève que les appels à candidatures pour les directeur et directeur adjoint de la nouvelle institution sont à peine publiés. "On peut s’attendre à des désignations en mars, soit trois mois après la création officielle de la nouvelle structure annoncée depuis 2015. Ce n’est pas sérieux."


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content