Jambon va renforcer les contrôles dans les trains pour les migrants

Le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA), appelle tous les bourgmestres du pays à travailler avec le gouvernement fédéral et plaide pour une "approche unique contre les migrants". Le ministre a également pris une nouvelle mesure ce lundi: des contrôles renforcés dans les trains pour combattre les migrants en transit.

La route belge reste populaire pour les réfugiés qui souhaitent rejoindre l'Angleterre. Des centaines d'entre eux campent notamment au parc Maximilien à Bruxelles et à Jabbekke ou Zeebrugge. Des camps sont régulièrement évacués par la police le long de l'E40. 

Chaque instance, du bourgmestre au ministre, doit œuvrer au même but. De Bruxelles à la Côte.
Jan Jambon
Ministre de l'Intérieur

C'est pourquoi le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA), appelle tous les bourgmestres du pays à travailler avec le gouvernement fédéral. Il plaide, dans la presse flamande, pour l'élaboration d'une seule approche, "de Bruxelles à la Côte".

Pour Nicholas Paelinck, chef de corps de la zone de police Westkust (La Panne/Coxyde/Nieuport) et président de la Commission permanente de la police locale, un certain "effet du matelas d'eau" se manifeste: lorsqu'on lutte contre le phénomène à un endroit, il apparaît ensuite ailleurs.

Concrètement, le ministre considère que si des camps se forment ou si l'ordre public est perturbé, les autorités locales doivent intervenir avec force. Bien qu'il soit ministre de l'Intérieur, il ne peut toutefois rien imposer aux bourgmestres.

"En France, la politique sécuritaire est centralisée depuis Paris", glisse-t-il au Het Laatste Nieuws. Jambon examine également certaines mesures fédérales. Beaucoup de migrants se rendent depuis Bruxelles au port de Zeebrugge. "Je vais examiner avec les gouverneurs si une attention particulière peut être apportée à certains trains ou parkings, ou si du personnel supplémentaire est nécessaire."  

Contrôles dans les trains

Le ministre de l'Intérieur a déjà pris de nouvelles mesures ce lundi afin de combattre le phénomène des migrants en transit, dont des contrôles policiers supplémentaires dans les trains desservant Bruxelles. 

L'objectif est de contrôler plusieurs fois par semaine, avec des équipes spéciales, les lignes utilisées par les trafiquants (d'êtres humains) entre Bruxelles-Nord et la Côte, mais aussi les autres liaisons potentiellement utilisées par les passeurs pour transporter illégalement des migrants, a précisé son porte-parole, Olivier Van Raemdonck.

Selon lui, les autorités veulent s'attaquer au "business model" des passeurs qui se servent de la gare de Bruxelles-Nord pour amener des "transmigrants" en séjour illégal à proximité des parkings installés le long des grands axes routiers d'où ils tentent de rejoindre la Grande-Bretagne. 

Les contrôles seront aussi renforcés dans les villages situés à proximité de ces parkings.

Toujours selon le porte-parole, l'Office des Étrangers prévoira une capacité prioritaire pour accueillir en centres fermés, en vue de leur éloignement, les migrants en transit interpellés lors des actions policières. Ces mesures ont fait l'objet de concertations avec les acteurs concernés, a-t-il précisé.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect