L'accord sur Uplace fait grincer des dents

Hans Bonte, bourmestre de Vilvoorde ©Photo News

Les premières réactions à l'accord engrangé ont directement fusé. Vilvorde n'exclut pas une nouvelle action judiciaire.

"Après une telle décision, je me dis que le gouvernement flamand pourrait tout à fait autoriser une tour de parking attenante à une station-service sur la Grand Place de Bruxelles", a ironisé samedi le bourgmestre de Vilvorde Hans Bonte (sp.a) en réaction à l'accord trouvé vendredi au sein du gouvernement flamand sur le centre commercial Uplace de Machelen.

La commune de Vilvorde attend désormais une analyse approfondie de l'accord avant de décider si elle entamera une nouvelle action en justice. "La décision du gouvernement flamand de poursuivre dans son intégralité le projet Uplace prouve que la mobilité, la santé et l'environnement sont subordonnés à l'orgueil politique des partis de la majorité. Même le fait qu'Uplace pourrait signifier la mort des commerces des centres de Vilvorde, Malines, Louvain et d'une partie de Bruxelles, ne change rien pour le gouvernement flamand qui s'entête dans ce mégaprojet. Le prix économique de l'inévitable augmentation des files sur les routes n'est pas non plus pris en compte", regrette le bourgmestre.

"En réduisant les objectifs pour le retail et les bureaux tout en maintenant inchangé le projet d'Uplace, le gouvernement flamand fait montre de sa partialité en faveur d'Uplace. Le manque de neutralité est justement l'un des problèmes évoqués dans ce dossier jusqu'à présent. Il apparaît de plus en plus clairement que nous avons lentement glissé vers une politique réellement perverse", ajoute-t-il. /

"Avec cette décision, le gouvernement N-VA, CD&V et Open Vld dévoile son vrai visage. La santé, la mobilité et les petits entrepreneurs sont négligés au profit de mégaprojets. Le gouvernement n'est pas du côté des Flamands, mais de celui d'une poignée de magnats aux idées rétrogrades", a pour sa part affirmé le député Groen Hermes Sanctorum, dont le parti demande à ce qu'un débat soit mené sur la question.

L'association Touring a également regretté l'accord, assurant que le nombre d'heures perdues dans les embouteillages sur le ring de Bruxelles ne ferait qu'augmenter avec l'implantation du complexe commercial à Vilvorde. Selon l'association, les files devraient s'allonger de 4 kilomètres par jour.

De son côté, le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) critique aussi l'accord, qui aboutit à une sorte de "Uplace light" qui met en danger les petits commerces. "Mettre en oeuvre des politiques signifie faire des choix et ne pas manger à tous les râteliers. C'est faire un choix entre des projets mégalomanes qui cannibalisent totalement le commerce local et sont en plus néfastes pour la mobilité et l'environnement, et des projets qui agissent vraiment sur le renforcement du commerce de détail local", réagit le SNI.

Enfin, l'Union flamande des entrepreneurs indépendants Unizo a estimé que le projet allait à l'encontre de la volonté du gouvernement flamand d'investir dans des politiques visant à revitaliser les centres-villes. L'organisation craint que ces derniers soient délaissés et cherche des solutions pour limiter autant que possible les dégâts sur les petits commerces qui s'y trouvent.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés