L'avant-goût de Kanal est parvenu à faire taire les sceptiques

©Veerle Vercauteren

Avec Kanal Brut, l’ancien garage Citroën a attiré plus de 400.000 visiteurs. Pour maintenir la dynamique durant le grand chantier de transformation, Kanal restera finalement entrouvert.

Le décompte est lancé pour aller déambuler une dernière fois dans l’ensemble des vastes espaces de l’ancien garage Citroën avant sa mutation. En cours, le festival Kanal clôturera dans quatre jours les 14 mois de préfiguration du futur musée d’art contemporain, exploité jusqu’ici dans sa version "Brut". Avec, en point d’orgue du samedi au dimanche, la Nuit de la Création durant laquelle des artistes s’empareront d’un pan du bâtiment pour développer, sous le regard des visiteurs, des projets totalement inédits. Plus tôt dans la soirée, une vente aux enchères proposera au public de repartir avec une série d’objets symboliques du garage, parmi lesquels les anciennes salopettes de travail des ouvriers de Citroën.

"Alors que l’on commençait à se sentir vieux, on a l’impression avec Kanal de revivre notre jeunesse."
Serge Lasvignes
Président du centre Pompidou

À quelques jours du baisser de rideau et de l’entame des grands travaux de reconversion, la Fondation Kanal dresse le bilan de cette année d’expérimentation. En 343 jours d’ouverture depuis l’inauguration en mai 2018 de Kanal Brut, plus de 400.000 visiteurs uniques ont foulé le sol de l’ancien garage dont près de 250.000 Bruxellois, selon les sondages effectués par les universités de la Sorbonne et de Gand. Un chiffre qui comprend les visiteurs des espaces d’exposition payants ainsi que les participants aux événements organisés par des partenaires sur le site.

La Nuova Vita de Romeo Castellucci ©Veerle Vercauteren

L’année écoulée a en effet démontré qu’au-delà d’un musée, Kanal est un lieu d’effervescence tous azimuts. Par exemple, les travaux de fin d’année des étudiants des 18 sections de l’école de La Cambre ont été exposés entre ses murs qui ont aussi accueilli l’usine de films amateurs de Michel Gondry ou encore la fête d’anniversaire du Foyer Molenbeekois. En avril dernier, Kanal fut même l’hôte d’une grande bourse aux vélos. "Des ondes négatives ont émaillé la naissance du projet que l’on disait écrit à Paris, déconnecté de la scène bruxelloise. Mais ce sont des ondes positives qui se dégagent de toutes ces expériences menées à Kanal Brut qui est fondamentalement tourné vers la scène belge. C’est la souplesse dans la gestion des espaces qui a permis de construire au fur et à mesure l’expérimentation", commente Yves Goldstein, qui rappelle que le grand metteur en scène italien Romeo Castellucci, inspiré par la visite des lieux, avait ainsi pu créer un spectacle spécifique pour Kanal.

Un musée du XXIe siècle

Alors qu’il avait dû aller chercher "avec les dents" les premiers partenaires prêts à se lancer dans une aventure décriée, le chef de mission de Kanal assure qu’il s’agit désormais d’un lieu d’attraction pour la scène culturelle, les artistes et les écoles. "Aujourd’hui, beaucoup viennent vers nous pour proposer des projets et des coproductions", indique Yves Goldstein. Ces débuts compliqués ont ravivé des souvenirs chez les partenaires parisiens. "Lors de l’ouverture du Centre Pompidou il y a 40 ans, un journal avait titré: le viol de Paris. On évoquait une dépense inouïe. Et puis à l’ouverture, ce fut un concert de louanges, se souvient Serge Lasvignes, président de Beaubourg. Nous avons l’habitude de cette dramaturgie. Alors que l’on commençait à se sentir vieux, on a eu l’impression de revivre notre jeunesse avec Kanal. C’était une expérience magnifique qui nous a permis de mobiliser notre collection."

©Veerle Vercauteren

Pour maintenir la dynamique durant le grand chantier de transformation, Kanal restera finalement entrouvert. Une programmation multidisciplinaire – Showroom 2020 – pilotée par le directeur du Centre Pompidou Bernard Blistène s’étalera sur les 4.000m² du showroom d’avril à novembre 2020. Ensuite, des expérimentations extra-muros s’organiseront jusqu’à la réouverture, en 2023, du Kanal-CentrePompidou dans sa version définitive. Dans l’intervalle, Kanal s’attellera à constituer sa collection. "Un jury d’acquisition s’est déjà réuni pour définir les contours de la collection. Pour être un musée du XXIe siècle, l’idée est d’acquérir des œuvres produites après 2000 qui reflètent la diversité culturelle bruxelloise", déclare Yves Goldstein qui précise qu’un budget annuel de 250.000 euros sera consacré aux achats.

Si les perspectives de collaboration avec le Fédéral dépendent de la composition du futur gouvernement, le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) assure déjà que les engagements régionaux pris sous l’ancienne législature seront confirmés dans l’accord de majorité. Le coût du projet représente pourtant une source d’inquiétude pour Ecolo. Selon le chef de mission de Kanal, l’année de préfiguration a permis de jauger la capacité de Kanal à générer des recettes. "L’année se finit à l’équilibre avec deux tiers de subsides et un tiers de recettes propres. C’est une bonne répartition pour une institution culturelle, mais il faut que cet argent soit réinvesti dans la production et ne serve pas de prétexte pour baisser les subsides."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect