L'épargne des Bruxellois mobilisée pour doper les PME

En gouvernement bruxellois ce jeudi, la secrétaire d'État à la Transition économique, Barbara Trachte (Ecolo), a fait adopter en première lecture le cadre légal pour le Prêt proxi. ©BELGA

Après la Flandre et la Wallonie, la Région bruxelloise adopte enfin sa propre version du prêt coup de pouce visant à stimuler le prêt de particuliers vers les entreprises. Particularité du Prêt proxi: une garantie de 30% de la somme due en cas de faillite.

On l'appelle le prêt "Tante Agathe" aux Pays-Bas tandis qu'on parle de "Win win lening" en Flandre. La Wallonie - qui a adopté la formule en 2016 - l'a baptisé "Prêt coup de pouce". À Bruxelles, ce sera le Prêt proxi. En première lecture ce jeudi, l'équipe de Rudi Vervoort (PS) a adopté le cadre légal qui permettra aux particuliers de prêter de l'argent aux entrepreneurs bruxellois tout en bénéficiant d'avantages fiscaux sous la forme d'un crédit d'impôts et d'une garantie.

La mesure se trouvait déjà dans les cartons du gouvernement bruxellois avant la crise sanitaire, mais celle-ci a renforcé un constat bien connu: l'accès aux financements et aux liquidités pour les entrepreneurs et surtout les petits commerçants, les artisans et les TPE est très difficile. "Les entrepreneurs débutants, en particulier, sont ainsi souvent mis sur la touche lors de la recherche du financement nécessaire. Les investisseurs en capital-risque et les banques peuvent en effet se montrer réticents à accorder des crédits à ces entreprises. Les premières étapes de la vie d’une entreprise comportent en effet généralement le plus de risques", développe la Secrétaire d'État à la transition économique, Barbara Trachte (Ecolo).

Le Prêt proxi a donc pour objectif de pallier cette absence de financement en permettant aux familles, amis et habitants du quartier de soutenir financièrement un projet dans lequel ils croient. Outre le renforcement à court terme des fonds propres des entreprises, le dispositif a le mérite de créer des communautés autour des projets, fait valoir le gouvernement bruxellois.

Contracter un prêt à taux réduit

Plus concrètement, le Prêt proxi permettra aux chefs de petites et moyennes entreprises situées en Région bruxelloise de contracter un prêt à taux réduit d'une durée fixe de cinq ou huit ans auprès d'un particulier, avec un total maximum de 250.000 euros. Fixé ultérieurement par un arrêté, le taux sera du même niveau que ceux appliqués en Flandre et en Wallonie, à savoir minimum 0,875% et maximum 1,75%.

50.000
Les prêteurs pourront investir jusqu'à 50.000 euros par entreprise et par année fiscale, avec un montant absolu de 200.000 euros.

Quant aux personnes qui prêteront l'argent, elles pourront investir jusqu'à 50.000 euros par entreprise et par année fiscale, avec un montant absolu de 200.000 euros. Les prêteurs bénéficieront d'un crédit d'impôt de maximum 4% par an du montant durant les trois premières années, et de 2,5% pendant la durée restante du prêt. La particularité de la version bruxelloise est l'octroi d'une garantie: si l'emprunteur n'est pas en mesure de rembourser, le prêteur pourra récupérer 30% du montant dû grâce à un crédit d'impôt unique.

Conditions particulières durant la crise

Dans le cadre de la relance économique post-covid, le gouvernement régional a décidé que durant les années 2020 et 2021, le montant maximum par an et par prêteur sera majoré à 75.000 euros tandis que le montant maximum par emprunteur pourra atteindre 300.000 euros.

"La Région bruxelloise se dote enfin d’un instrument indispensable pour mobiliser l’épargne citoyenne et ainsi la faire contribuer au redéploiement de l’économie bruxelloise."
Barbara Trachte
Secrétaire d'État à la Transition économique (Ecolo)

"La Région bruxelloise se dote enfin d’un instrument indispensable pour mobiliser l’épargne citoyenne et ainsi la faire contribuer au redéploiement de l’économie bruxelloise au moment où celle-ci souffre encore fortement des conséquences du Covid-19. Mais, plus globalement, ce Prêt proxi doit s’inscrire dans la durée, pour soutenir les PME et l’économie réelle bruxelloise", souligne Barbara Trachte.

Au sud du pays, le prêt coup de pouce continue de séduire les PME. En 2018, 150 entreprises wallonnes avaient fait appel à ce mécanisme. L'outil public géré par la Sowalfin avait ainsi enregistré 210 prêts pour un montant total de 4,17 millions d’euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés