Publicité

L'horeca bruxellois divisé à propos du covid safe ticket

Les organisations représentatives de l'horeca sont partagées au sujet de la présentation d'un pass à l'entrée des établissements.

La mise en place d'un covid safe ticket permettrait de lever les restrictions applicables à l'horeca bruxellois. Mais la question divise.

Depuis le dernier Comité de concertation (Codeco), le secteur de l'horeca respire en Wallonie et en Flandre. La plupart des restrictions (heures de fermeture, distance entre les tables, nombre de personnes à table...) ont été supprimées, ce qui n'est pas le cas à Bruxelles.

"Le gouvernement bruxellois doit réagir avant mercredi. Ce Covid safe ticket est une porte de sortie digne pour tout le monde."
Fabian Hermans
Président de la Fédération horeca Bruxelles

Passé les premières incompréhensions, le secteur bruxellois de l'horeca semble divisé sur la question du covid safe ticket, une solution prônée par certains, qui y voient la porte de sortie de la crise; et bannie par d'autres, qui ne veulent pas jouer les policiers de service à l'entrée de leurs établissements.

Du côté de la Fédération horeca Bruxelles, on souhaite que le covid safe ticket soit d'application, mais uniquement sur base volontaire. Selon Fabian Hermans, le président de la fédération, le secteur de l'horeca n'a pas vraiment besoin de ce pass sanitaire, mais il souhaite laisser le libre choix aux membres de la fédération.

"Nous voulons trouver un accord avec le gouvernement bruxellois pour que le secteur puisse redémarrer, sinon, on aura une image catastrophique de Bruxelles à l'étranger et la plupart des événements internationaux quitteront Bruxelles", nous a expliqué Fabian Hermans. Pour la fédération, ce covid safe ticket est la meilleure solution afin de pouvoir maintenir les établissements ouverts sans restrictions. "Le gouvernement bruxellois doit réagir avant mercredi. Ce covid safe ticket est une porte de sortie digne pour tout le monde", a encore expliqué le président de la Fédération horeca Bruxelles, qui précise tout de même que cette façon de faire devra être laissée à la libre appréciation des établissements.

L'horeca ne veut pas jouer les gendarmes

Du côté du Collectif resto-bar Bruxelles, on sent que la question divise les troupes. Interrogée sur ce point, Liza Miller, la gérante du Pantin à Bruxelles et cofondatrice du Collectif se dit – à titre personnel – tout à fait opposée à la mise en place du covid safe ticket.

"Je préfère encore fermer mon établissement que de renvoyer quelqu'un qui ne se serait pas fait vacciner."
Liza Miller
Gérante du Pantin et co-fondatrice du Collectif resto bar Bruxelles

"Je n'ai pas envie de me mêler de la vie privée des gens. Ce n'est pas mon rôle de convaincre les gens d'aller se faire vacciner", explique-t-elle. Pour les établissements, en cas de mise en place du covid safe ticket, le défi sera double puisqu'il s'agira autant de contrôler les clients que les membres du personnel. "Je préfère encore fermer mon établissement que de renvoyer quelqu'un qui ne se serait pas fait vacciner", précise encore notre interlocutrice.

Au niveau du Collectif, né au début de la crise du Covid-19, on sent que la question est sensible, mais la position officielle, à ce stade, est celle de la neutralité. "Les autorités veulent imposer au secteur quelque chose qu'ils ne font pas eux-mêmes", regrette-t-elle. On l'a compris, des discussions devront encore avoir lieu dans les prochains jours entre les autorités bruxelloises et le secteur, afin de dégager une piste qui accorderait tout le monde.

Le secteur de la nuit en faveur du covid safe ticket

"Ce covid safe ticket serait pour nous la seule façon de stopper les super contaminateurs à l'entrée des boîtes, la seule façon de redémarrer la vie festive", nous a expliqué Lorenzo Serra, le cofondateur de la Brussels By Night Fédération. "Si tel est le prix à payer pour que les clubs ouvrent, il faut montrer la voie. Notre position, c'est d'avancer", explique-t-il.

Il regrette la régionalisation de la gestion de cette crise sanitaire. "J'aimerais bien un consensus national politique sur la question parce que nous faisons le même métier et que notre protocole est issu d'un consensus sectoriel national", explique Lorenzo Serra, en précisant que le secteur de la nuit a rédigé des protocoles avec plus de 50 opérateurs issus de l'ensemble du territoire.

"Nous sommes pris en otage entre la Flandre et la Wallonie"

"Comme d'habitude à Bruxelles, nous sommes pris en otage entre la Flandre et la Wallonie. Nous sommes punis, mais nous ne sommes pas responsables du taux de vaccination des gens", explique Thierry Naoum, l'exploitant du restaurant Rouge Tomate et de l'Alice cocktail bar. Si les dernières décisions du Codeco ne lui posent pas de problèmes par rapport à l'exploitation de son restaurant, il n'en va pas de même pour le bar à cocktails qu'il exploite au-dessus du restaurant.  Thierry Naoum n'est pas du tout favorable à l'instauration d'un Covid safe ticket. "Mon personnel n'est pas formé pour contrôler l'entrée, et que se passera-t-il si quelqu'un refuse de montrer son pass?", s'interroge le restaurateur.

Si cette solution est mise en place, il s'y pliera, mais il ne voit qu'une montagne de problèmes arriver. "Que se passera-t-il avec mon personnel? Tester les gens n'est pas mon job et je ne peux pas demander à mon personnel de mettre un uniforme de police et de contrôler tout le monde", explique-t-il encore. Pour lui, l'essentiel est de continuer à porter le masque quand c'est nécessaire, et de respecter les consignes habituelles d'hygiène, compte tenu du fait que des gens vaccinés contractent encore parfois le virus. "Mais cela relève aussi de la discipline de chacun, les gens doivent se responsabiliser", précise le boss de Rouge Tomate.

Le résumé

  • Le dernier Comité de concertation n'a pas permis de lever les restrictions applicables pour le secteur horeca à Bruxelles.
  • Aujourd'hui, la question du Covid safe ticket divise le secteur, à l'exception notoire du monde de la nuit.
  • Les exploitants d'établissements horeca doivent-ils jouer les gendarmes?

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés