Publicité

L'installation de bornes pour véhicules électriques facilitée à Bruxelles

D'ici 2035, l'espace public et les parkings bruxellois devront compter 11.000 bornes de recharge pour voitures électriques. ©Maud Dupuy

11.000 bornes pour véhicules électriques d'ici 2035 en Région bruxelloise: pour y parvenir, des mesures visant à simplifier l'installation de bornes dans l'espace public et dans les parkings ont été prises.

En Région bruxelloise, la Low Emission Zone (LEZ) instaurée en 2018 est l'outil principal pour la décarbonation de la mobilité. Le dernier jalon déjà fixé est l'interdiction à la circulation, dès 2025, des véhicules diesel Euro 5 et essence Euro 2. D'ici l'été, le gouvernement régional fixera les étapes ultérieures.

2.350
Usagers
On dénombre 2.350 usagers uniques pour les bornes de recharge électriques installées par la Région bruxelloise.

"C'est ce que nous sommes en train d'élaborer sur base d'études relatives à l'impact sur l'environnement, les finances publiques, la santé et l'impact économique. Tout en tenant compte des différentes catégories de véhicules: voitures individuelles ou partagées, poids-lourds, motos...", résume le ministre bruxellois de l'Environnement Alain Maron (Ecolo). Il rappelle que des balises sont déjà fixées dans l'accord de gouvernement, à savoir l'interdiction de tous les véhicules diesel en 2030 et de tous les véhicules thermiques en 2035.

Bornes à la demande

C'est d'ailleurs dans cette optique que l'exécutif bruxellois s'est fixé l'objectif de 11.000 bornes pour véhicules électriques d'ici 2035. À ce jour, la Région bruxelloise en a déployé 161, chacune avec deux points de recharge. L'objectif est d'en compter 250 d'ici la fin de l'année (soit 500 points de recharge). "Sur le premier trimestre 2021, plus d'énergie a été consommée que sur toute l'année 2020. La tendance de croissance se poursuit de mois en mois", se réjouit la ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen) qui dénombre à ce jour plus de 2.350 usagers uniques.

Les bornes sont désormais installées à la demande via le site charge.brussels. Avec pour seules conditions de ne pas disposer de son propre garage ou d'une borne électrique à moins de 250 mètres. Principal problème identifié: la lenteur administrative. "Il faut compter six mois entre la demande et l'installation effective", déplore Elke Van den Brandt. Pour y remédier, le gouvernement de Rudi Vervoort (PS) a adopté jeudi dernier huit mesures de simplification administrative qui permettront en principe de ramener ce délai à deux mois.

Déploiement par lots

Pour assurer le déploiement de ces bornes à l'avenir, des "lots" seront octroyés aux opérateurs se présentant au marché selon plusieurs appels d'offres. Sibelga, le gestionnaire du réseau de distribution de gaz et d'électricité bruxellois, jouera là un rôle de facilitateur. Jusqu'ici, c'était la société Pitpoint, récemment rachetée par Total, qui était chargée d'installer les bornes. "Un premier lot supplémentaire de 400 bornes fera suite au contrat actuel. Pitpoint n'aura donc plus l'exclusivité", signale Alain Maron. "L'important ici est l'interopérabilité, c'est-à-dire que les bornes soient compatibles peu importe le fournisseur d'électricité de l'utilisateur", ajoute-t-il.

"L'important ici est l'interopérabilité, c'est-à-dire que les bornes soient compatibles peu importe le fournisseur d'électricité de l'utilisateur."
Alain Maron (Ecolo)
Ministre bruxellois de l'Environnement

Par ailleurs, le gouvernement bruxellois entend faciliter l'installation de bornes de recharge dans les parkings publics et privés. "Un arrêté que nous avons passé récemment prévoit que les nouveaux parkings soient équipés du gainage nécessaire à l'installation des bornes", indique le ministre qui annonce que le gouvernement fixera aussi les ratios de points de recharge pour tous les parkings en tenant compte notamment de la typologie des bâtiments et de l'offre de stationnement en voirie.

Mais pour le plein déploiement des points de recharge dans les parkings, il reste encore un obstacle à lever, à savoir la consigne de sécurité du Siamu (Service d'incendie et d'aide médicale urgente) qui empêche les promoteurs d'installer des bornes sous le premier sous-sol en raison du risque d'incendie.

Pouvoirs publics exemplaires

Les ambitions sont aussi revues à la hausse en matière d'exemplarité des pouvoirs publics. À partir de 2025, les pouvoirs publics locaux et régionaux auront l'obligation d'acquérir uniquement des véhicules zéro émission. Obligation valable aussi pour le leasing. Très concrètement, cela signifie par exemple que les communes bruxelloises ne pourront plus acheter un véhicule utilitaire avec un moteur thermique.

Et d'ici l'échéance de 2025, les seuils sont revus à la hausse: la proportion de voitures zéro émission dans la flotte des pouvoirs publics passe de 40% à 65% dans les instances régionales et de 25% à 50% dans les instances locales. "Quant à l'exception existante pour les voitures de représentation des ministres, elle est supprimée", ajoute Alain Maron.

"La fraude aux filtres à particules concerne une toute petite partie des gens, mais l'impact sur la qualité de l'air est énorme."
Elke Van den Brandt (Groen)
Ministre bruxelloise de la Mobilité

Pour soutenir les pouvoirs publics dans cette transition, deux services sont mis en place: une centrale de leasing à Bruxelles Environnement et une centrale d'achat de véhicules et de bornes au sein de Sibelga. "Comme il s'agit d'un marché encore assez nouveau, le but est de leur permettre d'accéder aux meilleurs prix", résume le ministre bruxellois de l'Environnement.

Fraude aux filtres à particules

Au rayon décarbonation de la mobilité, Elke Van den Brandt se targue aussi du récent accord conclu entre les trois Régions du pays pour mettre fin à la fraude aux filtres à particules des véhicules diesel. Au plus tard le 1er juillet 2022, un test de compteur de particules sera utilisé lors du contrôle périodique des véhicules diesel, faisant de la Belgique une pionnière en Europe avec les Pays-Bas. Lors de la première phase, tous les véhicules et fourgons équipés d'un moteur diesel de la norme Euro 5b et plus récents seront contrôlés. 

"Il ne s'agit pas d'une nouvelle étape, mais de faire respecter une règle existante. La fraude aux filtres à particules concerne une toute petite partie des gens, mais l'impact sur la qualité de l'air est énorme. Sortir un véhicule roulant avec un filtre défectueux ou délibérément enlevé, cela correspond à retirer du trafic l'équivalent de 480 véhicules", fait valoir l'écologiste.

Le résumé

  • En un seul trimestre, les bornes de recharge pour voitures électriques ont déjà distribué plus d'énergie que sur l'ensemble de l'année 2020.
  • Les bornes sont désormais installées en fonction des demandes émanant de particuliers.
  • Grâce à des mesures de simplification administrative, le délai de six mois entre la demande et l'installation de la borne doit passer à deux.
  • Pour le déploiement des bornes, des lots seront octroyés à des opérateurs répondant à des appels d'offres.
  • À partir de 2025, les pouvoirs publics bruxellois pourront acquérir uniquement des véhicules zéro émission.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés