L'interview rétro d'Olivier Maingain

©Photo News

Alors que la page 2017 s’est tournée et que 2018 a pointé le bout de son nez, L’Echo a demandé à une série de personnalités politiques de jeter un œil dans le rétroviseur 2017 et de se projeter en 2018.

1/ Quel a été votre meilleur moment de l’année, à titre personnel?

2017 a été une année sans problème de santé. Voilà qui m’a permis de reprendre une vie normale après une année 2016 qui fut pénible car je fus confronté à une grave maladie.

2/ Et le pire?

On n’accepte jamais le décès d’amies et amis car, contrairement à ce qu’affirmait Jean d’Ormesson, le souvenir n’est pas plus fort que la mort. Car se souvenir, c’est évoquer et partager les meilleurs moments de la vie avec ceux qu’on aime. 

3/ Quel événement dans l’actualité vous a le plus marqué en 2017?

L’affaiblissement de l’Etat islamique. Pas d’illusion, la menace est loin d’être définitivement éradiquée mais hommage à tous les combattants qui, sur le terrain, ont eu le courage d’affronter cette barbarie, et aux armées qui les ont soutenus. 

4/ Complétez cette phrase: "En 2017, la Belgique…"

... a perdu de sa crédibilité et de son influence en Europe et sur la scène internationale. Par le lamentable vote en faveur de l’Arabie saoudite au comité des droits de la femme de l’ONU, par la détestable collaboration avec la dictature soudanaise, par la faiblesse face au positionnement de la N-VA dans le dossier catalan, le gouvernement Michel a rétréci l’ambition européenne et internationale de la Belgique. 

5/ Le chiffre clé pour 2017?

Un fait significatif de la domination de la N-VA au sein du gouvernement : le plan du ministre des transports, François Bellot, pour le redéploiement du rail prévoit 370 millions pour des investissements nouveaux, autres que le RER, en Flandre et seulement 68 millions en Wallonie. Faut-il rappeler que les investissements annoncés pour le RER en Wallonie ne sont même pas la juste compensation de ce qui a été réalisé en Flandre et que selon la Cour des Comptes, il manquera plusieurs centaines de millions pour finaliser le projet, sans certitude d’aboutissement à perspective 2030. 

6/ Si vous pouviez changer une chose, comme ça, d’un simple coup de baguette magique, ce serait…

... mettre fin à toutes les formes de violence car la terreur de la peur que subissent les victimes les prive de toute perspective de bonheur.

7/ Votre bonne résolution pour 2018?

Adapter un rythme de vie et une qualité de l’alimentation plus conformes à mes défis sportifs. 

8/ Selon vous, quelle est la personnalité de l’année 2017?

Emmanuel Macron. Sans tomber dans l’idolâtrie car il n’y a jamais d’homme providentiel en politique mais avec le ferme espoir qu’il ait l’audace d’assumer tous ses choix pour l’avenir de l’Europe, sans faiblir face aux partisans de l’abaissement de l’ambition politique de l’Europe.  

9/ Et qui a le bonnet d’âne pour 2017?

 Les climato-sceptiques qui refusent d’assumer des choix essentiels pour le devenir des espèces, en ce compris la nôtre. Rarement dans l’histoire de l’humanité, l’homme aura eu conscience de ce que ses choix personnels pouvaient déterminer les conditions de vie sur terre. Et certains dirigeants nient l’évidence. Il n’est de pire défaite que celle de l’intelligence. 

10/ Votre livre coup de cœur en 2017?

J’en ai eu plusieurs car la lecture est un refuge qui ne déçoit jamais. Mais à ne devoir citer qu’un livre, je retiendrais celui que ma fille Aude m’a offert pour la Noël et je m’y suis plongé avec gourmandise intellectuelle: "Sapiens, Une brève histoire de l’humanité", de Yuval Noah Harari. Il y a certainement matière à contestations quant à certaines de ses analyses mais je suis toujours interpellé par ses esprits brillants qui dégagent des synthèses de l’histoire avec une clarté de style incontestable.

11/ Votre chanson préférée de l’année, c’est…

Celle d'Angèle, une chanteuse qui m’a ému par son interprétation de Bruxelles de Dick Annegarm. Du vrai talent poétique. 

12/ Le film (ou la série), la pièce de théâtre, l’expo ou l’événement culturel qui vous a marqué(e) ou que vous avez le plus apprécié?

Malick Sidibé, photographe malien décédé en 2016. La Fondation Cartier à Paris présente une magnifique rétrospective de son oeuvre. Je recommande vivement l’exposition qui est encore en cours. Ses photos expriment toute la sensualité envoûtante de l’Afrique et la beauté de ses peuples. 

13/ La photo de l'année

Des migrants dorment dans des machines à laver à Paris.

14/ La réalisation  professionnelle dont vous êtes la plus fière  en 2017?

Avoir gardé le cap des engagements et convictions de mon parti au cours de cet été politique 2017, inédit et probablement annonciateur de profondes évolutions dans l’espace francophone. 

15/ La citation, la phrase, le tweet ou le discours qui vous a séduit(e) ou marqué(e) cette année?

Le discours prononcé par le président Macron lors de la cérémonie d’hommage à Simone Veil. Du style et de la dignité pour une femme qui en avait donné toute la signification par ses combats.

16/ Votre principal défi en 2018 à titre personnel, c’est…

Je fêterai mes 60 ans en 2018. Je me suis fixé un objectif sportif: faire l’ascension du Mont Ventoux à vélo. Il est temps que je m’entraîne…. 

17/ Qui est la révélation de l’année 2017?

Monsieur Cédric Halin qui a eu l’honnêteté et la volonté de révéler le scandale Publifin. Il a assumé ses responsabilités. Ce qu’on attend certes de tout mandataire politique mais certains se sont tellement éloignés de la dignité de leurs (" hautes ") fonctions que l’exemple doit leur être donné par un échevin qui ne cherche pas la gloire. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect