La Belgique veut étendre son car-pass à l'Europe

L'Europe n'a pas de frontières pour les voitures d'occasion.

La Belgique souhaite créer une base de données européennes afin de mettre fin aux importations de voitures aux compteurs trafiqués. Il s'agirait d'élargir aux frontières européennes le car-pass qui a remédié au problème chez nous.

 

La Belgique est le seul pays européen à disposer au Car-Pass obligatoire, qui permet d'établir l'historique du véhicule en terme de kilomètres parcourus au moment de sa vente.

Or, selon un rapport, la fraude entraîne un coût minimal estimé entre 1,4 et 2,8 milliards d'euros par an dans les pays limitrophes: l'Allemagne, la France, le Luxembourg et les Pays-Bas. Et chaque année, la Belgique importe entre 30.000 et 40.000 voitures d'occasion de pays où la pratique de faire tourner les compteurs à l'envers reste une pratique courante.

Si le Car-Pass est parvenu à pratiquement éradiquer le phénomène en Belgique, le consommateur belge n'est donc pas à l'abri quand il achète un véhicule d'occasion immatriculé dans un autre Etat et à long terme, les vendeurs belges risquent d'être pénalisés face à leurs concurrents étrangers moins surveillés.

Le ministre belge de l'Economie, Vincent Van Quickenborne, plaide dès lors pour un élargissement du relevé des kilométrages au reste de l'Union européenne. Il soumettra la question lors des prochaines réunions du Conseil de la compétitivité.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés