edito

La mobilité, un problème partagé

Journaliste

Malgré ses finances difficiles, la Région bruxelloise continue d'investir massivement dans le développement de la Stib. Une solution insuffisante à la congestion qui n'est pas un problème exclusivement bruxellois.

Ceux qui espéraient que la crise mettrait un frein aux ambitions de la ministre bruxelloise de la Mobilité risquent d'être déçus. Malgré un contexte budgétaire très difficile, le gouvernement régional a décidé d'augmenter les montants alloués à la mobilité en 2021. Et les projets phares d'Elke Van den Brandt (Groen) comme la généralisation du 30km/h et les quartiers apaisés sont plus que jamais d'actualité.

Comme toujours, les transports publics engloutissent la plus grosse part du budget. Afin d'améliorer l'offre à court terme, ce qui passe par des horaires étendus en soirée ou le renforcement des fréquences. Mais les moyens injectés aujourd'hui contribuent surtout au renforcement du réseau de demain avec de nouvelles lignes de métro et de tram. Les moyens investis par la Région-Capitale sont colossaux, surtout au regard de son nombre d'habitants et des moyens dont elle dispose en ces temps de crise.

On attend toujours la concertation fructueuse, la cohérence et l'ambition qu'un vrai plan interrégional pour la mobilité à Bruxelles devrait pouvoir offrir.

Face aux embouteillages qui pèsent sur l’économie nationale et minent la qualité de vie en ville, Bruxelles prend donc plus que jamais ses responsabilités. C'est aussi ce qu'elle fait en travaillant en solo depuis plusieurs mois sur un projet de taxation kilométrique intelligente, faisant fi de l'immobilisme des autres régions.

Le hic? Bruxelles ne pourra pas régler seule le problème de la congestion. Alors que la moitié des ménages bruxellois ne détiennent plus de voiture, le shift modal doit désormais s'opérer du côté des navetteurs. Or, Bruxelles reste mal reliée en transport public à son hinterland. Le dossier du Bois de la Cambre l'a démontré, mais c'est un problème plus général. Simple exemple: on recense seulement 11 terminus de la Stib au-delà des frontières régionales, qui plus est dans la toute proche périphérie...

La mobilité bruxelloise n'est pas qu'un problème bruxellois. Or, on attend toujours la concertation fructueuse, la cohérence et l'ambition qu'un vrai plan interrégional pour la mobilité à Bruxelles devrait pouvoir offrir. Il n'est d'ailleurs pas trop tard pour mettre en œuvre la Communauté métropolitaine dont c'était l'une des vocations. Comme le télétravail ne sera qu'une infime partie de la solution aux embouteillages selon le Bureau du Plan, tous les niveaux de pouvoir doivent se bouger, et à un autre rythme que pour le RER, s'il vous plaît.

On recense seulement 11 terminus de la Stib au-delà des frontières régionales, qui plus est dans la toute proche périphérie...

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés