La mutation des boulevards bruxellois vue du ciel

Installée sur la place De Brouckère, la plateforme de Dinner in the Sky offre une vue plongeante sur le piétonnier. ©BELGAIMAGE

La Ville de Bruxelles profite de la présence de Dinner in the Sky sur la place De Brouckère pour faire le point sur les travaux du piétonnier et sa nouvelle dynamique commerciale.

"On la voit très peu mais elle magnifique", déclare David Ghysels en montrant du doigt une sculpture blanche perchée sur un toit voisin à celui de l'hôtel Métropole. Le créateur de Dinner in the Sky semble ravi de son emplacement actuel, sur la place De Brouckère. "On monte à 50 mètres et on a une vue exceptionnelle sur tout Bruxelles, de la basilique de Koekelberg au Palais de Justice. Puis il y a toute l'enfilade du piétonnier avec ses zones vertes, c'est très graphique. De l'autre côté, on a l'hôtel Continental, un vieux bâtiment plus à l'américaine, devant des tours de bureaux, ce qui donne un petit côté Manhattan. On redécouvre aussi les façades de la place dont celle du Métropole qui sont assez jolies mais qu'on ne voyait plus."

Postposée de quelques mois en raison du covid, l'édition 2020 de Dinner in the Sky qui devait s'achever le 28 septembre a été prolongée jusqu'au 4 octobre en raison de son succès. Il ne reste d'ailleurs plus aucune place disponible en dehors du dernier week-end. Au total, 1.800 personnes dégusteront dans les airs un repas gastronomique concocté par des chefs étoiles belges parmi lesquels Alexandre Dionisio et Isabelle Arpin. "On a commencé petit avec 1.200 places en se disant qu'on verrait bien. Mais en fait le public était au rendez-vous", raconte David Ghysels.

"Le piétonnier a subi un gros bashing ces dernières années. Les gens vont pouvoir se rendre compte que ce n'est pas si compliqué de venir. Il y a des parkings juste à côté pour les voitures, le métro et le prémétro."
David Ghysels
Le créateur de Dinner in the Sky

Outre la vue "époustouflante", ce dernier explique que la grande esplanade à De Brouckère était parfaitement adaptée à l'installation de sa plateforme. Et puis, l'objectif est de proposer chaque année un panorama différent aux clients fidèles. Même si Dinner in the Sky est désormais présent dans le ciel de plus de soixante pays, Bruxelles demeure la vitrine. S'il n'est donc pas présent dans l'hypercentre uniquement pour faire plaisir à Philippe Close (PS) ou Fabian Maingain (DéFI), David Ghysels reconnaît qu'il est satisfait de faire redécouvrir ces lieux à un public qui n'y venait plus. "Le piétonnier a subi un gros bashing ces dernières années. Les gens vont pouvoir se rendre compte que ce n'est pas si compliqué de venir. Il y a des parkings juste à côté pour les voitures, le métro et le prémétro. Au niveau sécurité, cela se passe très bien, le piétonnier n'est vraiment pas le coupe-gorge que certains imaginent."

Renforcer la liaison avec Rogier

On l'aura compris, l'opération est un win-win. Raison pour laquelle la Ville de Bruxelles pourtant restée discrète sur le sujet piétonnier ces dernières années a organisé une conférence de presse pour présenter l'avancement des travaux. En résumé, le réaménagement de la rue Orts située en face de la Bourse sera en théorie fini dans le courant du mois de novembre. L'ajout d'une pièce d'eau doit renforcer la perspective sur la Bourse.

"Cela permettra de mieux connecter le centre à la place Rogier qui a aussi été complètement rénovée."
Jan Schollaert
Directeur de la cellule Espaces publics de la Ville de Bruxelles

Les investissements dans l'espace public vont se poursuivre, a annoncé l'échevin du Commerce. Une demande de permis d'urbanisme pour la rénovation du boulevard Adolphe Max sera déposée à l'automne. Il ne s'agira pas d'une zone piétonne, mais l'aménagement, de plain-pied, se fera dans la continuité du piétonnier avec des matériaux similaires et des zones vertes assez larges grâce à la réduction de l'espace dédié à la circulation. "Cela permettra de mieux connecter le centre à la place Rogier qui a aussi été complètement rénovée", souligne Jan Schollaert, directeur de la cellule Espaces publics de la Ville de Bruxelles.

Du point de vue économique, Fabian Maingain a rappelé qu'un schéma de développement commercial accompagnera la phase de mutation commerciale en cours. La Ville de Bruxelles a, en effet, encore une belle carte à jouer avec l'hôtel Continental dont il faut encore définir les différentes affectations. L'avenir du Brico est aussi en discussion, une ouverture par l'arrière permettrait de dégager un espace supplémentaire en front de piétonnier.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés