La patronne de la Creg part chez Sibelga

©Dieter Telemans

C'est officiel: Marie-Pierre Fauconnier, la patronne de la Creg, a été choisie pour succéder à Luc Hujoel à la tête de Sibelga, le gestionnaire des réseaux de distribution d'énergie à Bruxelles.

L'Echo l'avait annoncé début juin: Marie-Pierre Fauconnier se trouvait dans la 'short list' des candidats retenus pour succéder à Luc Hujoel, le patron de Sibelga, le gestionnaire des réseaux de distribution d'électricité et de gaz en Région de Bruxelles-Capitale. Le mandat de la patronne du régulateur fédéral du secteur de l'énergie, étiquetée PS, venait à échéance en 2019. Et Marie-Pierre Fauconnier ne se faisait guère d'illusions sur ses chances de rempiler. Elle a donc postulé chez Sibelga, où son curriculum vitae la plaçait en situation de favorite.

Mercredi, les administrateurs de Sibelga membres du comité de directeur ont suivi la proposition qui leur était faite par le jury constitué spécialement pour départager les cinq derniers candidats, et ont retenu la candidature de Marie-Pierre Fauconnier.

→ Elle prendra ses fonctions le 1er novembre prochain.

"Je suis extrêmement heureuse de la misson qui m'est confiée. Les défis à relever sont colossaux, et je suis convaincue qu'une partie importante de la transiion énergétique passera par les gestionnaires de réseau", réagit Marie-Pierre Fauconnier. La patronne de la Creg voit aussi dans ses futures responsabilités à la tête Sibelga l'occasion de continuer à défendre l'intérêt des consommateurs, un sujet qui lui a toujours tenu très à coeur. "Un autre défi sera d'assurer l'évolution interne de l'entreprise, suite notamment aux impacts de la digitalisation", ajoute-t-elle.

 

Titulaire d’un master en sciences actuarielles et en sciences économiques appliquées, Marie-Pierre Fauconnier a débuté sa carrière comme assistante à la faculté polytechnique de Mons, puis a été, de 1999 à 2002, chef de cabinet adjoint de la vice-Première ministre Laurette Onkelinx (PS). Elle a ensuite travaillé comme conseillère stratégique du CEO d’ Elia, avant de prendre la tête de l’administration fédérale de l’énergie. Elle est depuis septembre 2013 présidente de la Creg, et assure aussi des responsabilités internationales, dont la vice-présidence du CEER, le conseil des régulateurs européens de l’énergie.

Son caractère bien trempé lui a valu de solides prises de bec avec quelques personnalités du secteur. Mais on peut juger cela inhérent à la fonction de régulateur. Et sous sa présidence, la Creg a été beaucoup moins conflictuelle que sous la direction précédente, sans pour autant renoncer à son rôle de gendarme, notamment dans la protection du consommateur.

On ignore pour l'instant qui va lui succéder à la tête de la Creg. Il se chuchotait il y a quelque temps dans le secteur que le MR, qui lorgne le poste, pourrait le confier à Anne Junion, la chef de cabinet de la ministre de l'Énergie Marie-Chrsitine Marghem (MR). L'intéressée avait toutefois démenti être candidate à cette fonction, et il semble qu'il n'y ait pas consensus au sein du gouvernement pour laisser le poste au MR.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés