La prime Activa accordée de manière automatique

Le ministre bruxellois de l'Emploi Bernard Clerfayt (DéFI) espère augmenter la part d'emplois bruxellois occupés par des travailleurs bruxellois. ©BELGA

Un très grand nombre de chercheurs d'emploi bruxellois n'activaient pas ce statut qui permet pourtant aux employeurs de les engager à coût réduit.

Depuis le 1er juillet, on dénombre 37.000 demandeurs d'emploi bruxellois sous statut Activa supplémentaires. Les conditions d'accès à cette allocation n'ont pourtant pas changé d'un iota. En revanche, l'activation de cette prime se fait désormais automatiquement. "Auparavant, les chercheurs d'emploi devaient introduire une demande et nos services vérifiaient ensuite manuellement qu'ils entraient bien dans les conditions. Mais nous avons investi dans la digitalisation et tout cela est désormais automatisé. Sans en avoir fait la demande, les personnes qui entrent dans les conditions Activa reçoivent directement une notification dans leur dossier digital My Actiris", explique Caroline Mancel, directrice générale adjointe d'Actiris.

Réformée par le précédent ministre régional de l'Emploi Didier Gosuin (DéFI), l'allocation Activa est une aide financière versée aux employeurs qui la déduisent du salaire net du travailleur. Pour être porteurs de la prime, les demandeurs d'emploi inoccupés doivent être inscrits chez Actiris depuis au moins un an ou entrer dans une autre catégorie: formation en alternance réussie, moins de 30 ans sans CESS, 57 ans et plus, etc. Il s'agit d'une mesure win-win: les pouvoirs publics encouragent le recrutement de chômeurs longue durée tandis que les employeurs peuvent engager à coût réduit grâce à cette allocation d'un montant maximal de 15.900 € pour une période de 30 mois.

"Lors de la reprise, la prime Activa permettra de donner à une grande fraction de nos demandeurs d'emploi un véritable atout dans la bataille vis-à-vis des travailleurs issus des autres régions."
Bernard Clerfayt (DéFI)
Ministre bruxellois de l'Emploi

En 2019, seuls 4.500 demandeurs d'emploi ont été engagés avec une allocation Activa alors que le gouvernement estime qu'environ 75.000 pourraient bénéficier de ce statut visant à les rendre plus attractifs sur le marché de l'emploi. Grâce à l'automatisation, le nombre d'activations de la prime Activa devrait en principe augmenter. De combien? "Le plus possible!", répond le ministre bruxellois de l'Emploi Bernard Clerfayt (DéFI) qui prévoit un budget de 41, 7 millions en 2020.

Alors qu'un emploi bruxellois sur deux est aujourd'hui occupé par un navetteur, ce dernier espère que la crise du coronavirus représentera aussi une opportunité d'augmenter la part des travailleurs bruxellois. "Dans un premier temps, le volume d'emplois risque de baisser à Bruxelles. Mais lors de la reprise, la prime Activa permettra de donner à une grande fraction de nos demandeurs d'emploi un véritable atout dans la bataille vis-à-vis des travailleurs issus des autres régions", déclare Bernard Clerfayt, qui précise que c'est le chercheur d'emploi qui est porteur de la prime et qu'il peut donc faire valoir celle-ci auprès d'un employeur flamand ou wallon.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés