La Région accorde une prime de 3.000 euros pour les bars et cafés bruxellois

©BELGA

Le Gouvernement bruxellois s’est accordé ce vendredi sur le principe d’une aide spécifique de 3.000 euros pour les entreprises dont les établissements sont dans l’obligation de fermer.

Suite aux nouvelles mesures contraignantes prises mercredi par le gouvernement de la région, le gouvernement bruxellois a pris ce vendredi des mesures afin d'aider les établissements impactés par une fermeture forcée. Ceux-ci bénéficieront d'une aide régionale de 3.000 euros, une proposition de Barbara Trachte, secrétaire d’État à la Transition économique et de Sven Gatz, ministre des Finances et du Budget. La Ville avait déjà annoncé qu'elle leur accorderait une prime de 2.000 euros.

Le gouvernement a décidé ici de recourir aux codes NACE TVA des entreprises pour identifier les établissements ayant droit à la prime. "Ce choix permettra un traitement aussi fluide que possible des dossiers", indique le gouvernement bruxellois dans un communiqué.

"Cette obligation de fermeture plonge les exploitants de bars et de cafés bruxellois dans une situation de détresse totalement compréhensible", déclare Barbara Trachte. "Cette prime de la Région bruxelloise est donc indispensable pour permettre aux établissements concernés de couvrir une partie de leurs frais fixes que sont le loyer, les assurances, les factures d’énergie… Nous nous devons d’être aux côtés d’un secteur qui subit la crise de plein fouet."

Entre 2.500 et 3.500 cafés concernés

Les établissements suivants seront ainsi éligibles à cette prime:

  • les établissements obligés de fermer possédant uniquement le code NACE 56.301 "Cafés et bars".
  • les établissements obligés de fermer possédant le double code NACE 56.301 "Cafés et bars" et 56.102 "Restauration à service restreint".
  • les établissements obligés de fermer possédant un code NACE de restauration (56.101, 56.102) et pouvant prouver, via une attestation comptable, l’absence de chiffre d’affaire en octobre.

Selon les estimations du gouvernement, cette prime devrait toucher entre 2.500 et 3.500 établissements de la capitale. Les entreprises pourront recevoir une prime pour chaque établissement dont elles ont la charge, mais avec un maximum de cinq primes. Tout établissement qui enfreint les règles de fermeture sera exclu de cette prime. Pour toutes les demandes, des contrôles de l’Inspection économique pourront par ailleurs être effectués à posteriori sur base des déclarations TVA.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés