Publicité

La Région bruxelloise étale ses investissements pour limiter son déficit

En charge du budget, le ministre bruxellois Sven Gatz (Open Vld) assure que le gouvernement bruxellois conserve une marge suffisante pour réaliser ses nouvelles politiques. ©Photo News

Le gouvernement bruxellois, qui devait économiser 360 millions d'euros, a décidé de lisser certains investissements prévus dans la mobilité et le logement.

Des rumeurs de fumée blanche nous parvenaient déjà en fin d'après-midi mardi, mais c'est finalement vers 1h du matin, ce mercredi, que l'équipe de Rudi Vervoort (PS) a trouvé un accord pour l'exercice budgétaire 2022. Les discussions ont, en effet, été plus longues et plus compliquées que prévu, ce qui s'explique en partie par le contexte de crise sanitaire.

"Il y a le redressement économique après covid, mais aussi l'indexation et l'accroissement naturel de certaines dépenses et le fait qu'on ne comptait plus sur des revenus SmartMove en 2022, même si le projet de taxation kilométrique est toujours dans le pipeline", résume le ministre régional du Budget, Sven Gatz (Open Vld), qui avait annoncé il y a plusieurs semaines qu'il faudrait trouver 360 millions d'euros.

Une somme atteinte sans augmentation d'impôts pour les Bruxellois, qui se répartit de la façon suivante: tout d'abord, la Région bruxelloise a pu compter sur une amélioration de ses recettes de 117 millions d'euros en 2021, par rapport à l'année précédente. Il s'agit principalement de revenus issus de l'immobilier, ainsi que des droits de succession et de donation. Et, selon les services de Sven Gatz, cette amélioration se poursuivra en 2022.

Ensuite, tous les membres du gouvernement avaient été appelés à soumettre des économies structurelles, à savoir des diminutions dans les coûts fixes – frais de personnel et frais de fonctionnement – et à revoir à la baisse les subventions réglementaires et facultatives. Total: 105 millions d'euros.

"Cela reste un gouvernement qui investit beaucoup dans le logement social et la mobilité. Mais des économies étaient nécessaires pour s'assurer de pouvoir continuer à investir sur le long terme."
Sven Gatz (Open Vld)
Ministre bruxellois du Budget

Enfin, l'exécutif bruxellois a décidé d'étaler certains investissements prévus par le budget pluriannuel, ce qui était possible dans deux grands portefeuilles: le logement et la mobilité. Et ce pour un montant de 140 millions d'euros, soit environ 10% de ce que la Région investit annuellement dans ces deux compétences. "Cela n'hypothèque aucun projet. C'est un ralentissement assez normal dans le contexte covid. On reste un gouvernement qui investit beaucoup dans le logement social et la mobilité. Mais des économies étaient nécessaires pour s'assurer de pouvoir continuer à investir sur le long terme", commente Sven Gatz.

Selon ce dernier, le gros des dégâts économiques directs est désormais derrière nous, à part dans certains secteurs particuliers comme le tourisme dans l'hypercentre. La provision covid passera donc de 300 millions à 30 millions l'an prochain. "Les indicateurs de la banque nationale sont positifs, aussi bien pour le marché du travail que pour la croissance. Mais on prévoit encore des montants pour soutenir certains secteurs qui doivent s'équiper en systèmes de ventilation", précise Sven Gatz. Du côté de la Cocom, la provision covid s'élèvera à 94 millions d'euros pour financer la poursuite de la campagne de vaccination, le testing et le tracing.

Retour à l'équilibre en 2024

960
Millions d'euros
Le montant du déficit budgétaire de la Région bruxelloise en 2021.

Moindre que l'an dernier, le déficit pour l'année 2021 reste très important. D'environ 1,5 milliard en 2020, on passe à 960 millions d'euros à l'ajusté (contre les 895 millions prévus au budget initial). À la grosse louche, la somme est composée de deux grosses enveloppes: les investissements stratégiques et la provision covid. Selon la trajectoire pluriannuelle, le déficit sera de 536 millions d'euros en 2022, et de 359 en 2023. Avant un retour à l'équilibre budgétaire toujours fixé à 2024.

Selon nos informations, c'est justement ce budget pluriannuel fixé l'an dernier qui fut à l'origine des crispations au sein de la majorité, car remis en cause par le ministre de l'Emploi et de la Fonction locale Bernard Clerfayt (DéFI). Ce dernier a finalement obtenu des marges supplémentaires pour soutenir financièrement les communes, également mises en difficulté par la crise.

Le résumé

  • Le gouvernement bruxellois de Rudi Vervoort (PS) a bouclé son budget 2022.
  • Objectif: trouver 360 millions d'euros, sans augmenter les impôts.
  • L'exécutif régional a décidé de lisser certains investissements prévus dans la mobilité et le logement.
  • La provision covid passera de 300 millions à 30 millions d'euros l'an prochain.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés