Ce que l'on sait de l'accord de gouvernement bruxellois

La réunion au finish s'est tenue de nuit au cabinet du ministre-président qui devrait rempiler, Rudi Vervoort. ©BELGA

Les négociateurs bruxellois du PS, d'Ecolo, de DéFI, de Groen, de l'Open Vld et de one.brussels-sp.a ont conclu un accord de gouvernement pour la Région bruxelloise. Voici ce qu'on en connaît déjà.

Ça y est. Une demi-nuit a encore été nécessaire pour mettre tout le monde d'accord. A 3h30 du matin, la Région bruxelloise tenait son accord. Elle aura donc bien un nouveau gouvernement pour le 21 juillet et la Fête nationale. 

Les négociateurs bruxellois du PS, d'Ecolo, de DéFI, de Groen, de l'Open Vld, de one.brussels-sp.a sont tombés d'accord, cette nuit, sur le texte fondateur d'un nouveau gouvernement en Région bruxelloise. Ça s'est donc fait sans le MR, malgré les efforts insistants des libéraux pour entrer dans cette majorité.

L'accord est intervenu au terme de plus de deux semaines de négociations intenses et à l'issue d'une phase d'atterrissage quelque peu chahutée en raison de la volonté de l'état-major de l'Open VLD d'imposer la présence du MR en tant que septième partenaire.

Que sait-on de l'accord?

Plusieurs éléments ont déjà filtré, notamment sur la place de la mobilité dans le texte. Ainsi, celui-ci prévoit le développement de la zone basse émission avec la volonté de sortir du diesel en 2030 et de l’essence ensuite. En outre, le plan pluriannuel de la Stib (6,25 milliards d’euros investis d’ici 2028) a été révisé par les négociateurs: certains projets sont simplement confirmés, comme le prolongement des trams 3 et 9 vers le plateau du Heysel d’ici 2021 et la création des nouvelles lignes vers Tour & Taxis et Neder-over-Heembeek d’ici 2024. 

L'accès amélioré aux logements sociaux, des efforts dans l'isolation des habitations, des mesures pour l'accès à la propriété font aussi partie de l'accord.

Le contenu des quelque 120 pages du texte sera dévoilé mercredi après-midi à la presse.

Qui sera ministre?

L'accord sur les attributions doit encore être finalisé, les négociateurs en parlent ce midi, après quelques heures de sommeil... Des congrès/conseils/assemblées de participation des six formations sont annoncées dans la soirée.

Mais c’est bien le ministre sortant Rudi Vervoort (PS) qui devrait rester ministre-président.  Caroline Désir est pressentie pour le poste de secrétaire d’État. Ecolo devrait envoyer en première ligne Alain Maron et Zakia Khattabi qui ne devrait pas prolonger à la présidence des verts. DéFi choisirait Bernard Clerfayt.  Les trois postes attribuables aux néerlandophones seraient répartis entre Elke Van den Brandt, Sven Gatz et Pascal Smet.

Le processus parlementaire d'installation du nouveau gouvernement sera entamé vraisemblablement jeudi. Il dure au minimum 48 heures (NDLR: entre la prestation de serment et le vote de confiance au parlement régional), ce qui permettrait à la nouvelle coalition de respecter son premier objectif: un nouveau gouvernement régional pour le 21 juillet et la Fête nationale.

Pour rappel, la Communauté germanophone a déjà son gouvernement installé depuis plusieurs semaines. La Région bruxelloise est donc la deuxième entité fédérée a avoir trouvé un accord. Reste bien sûr le fédéral, où les deux informateurs royaux planchent sur une note de préformation. En Wallonie, PS et Ecolo ont lancé les discussion avec le MR. Et la Flandre attend que ça se décante au fédéral pour avancer...

Lire également

Publicité
Publicité