Le bois de la Cambre totalement rouvert aux voitures début décembre

©BELGA

Bruxelles et Uccle n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur le plan de circulation du bois de la Cambre. Philippe Close déplore un retour en arrière et dit n'avoir "pas d'autre choix" que de réautoriser la voiture partout dans le bois.

Les parties prenantes dans le dossier du bois de la Cambre se sont réunies ce vendredi pour tenter de concilier les points de vue sur le plan de circulation du bois. La réunion, "très tendue", n'a pas permis de mettre tout le monde d'accord.

La Ville de Bruxelles a proposé d'ouvrir le tronçon entre la Drève de Lorraine et l'avenue du Brésil pendant deux heures tous les matins. Une proposition inacceptable pour Uccle, qui a demandé l'ouverture de tout l'axe ouest du bois, de l'avenue Louise à la chaussée de la Hulpe.

"Ça ne va pas dans le sens de l'histoire, le MR fait une erreur historique, mais je me battrai pour, à terme, que le bois ait une fonction récréative."
Philippe Close
Bourgmestre de Bruxelles

Faute d'accord, début décembre, le bois de la Cambre retrouvera son plan de circulation d'avant le 19 mars, à savoir un accès total à la voiture, en semaine. "Ça ne va pas dans le sens de l'histoire, explique le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close (PS), le MR fait une erreur historique, mais je me battrai pour, à terme, que le bois ait une fonction récréative."

"On est vraiment devant un enfant qui n'a pas ce qu'il veut et qui casse son jouet."
Boris Dilliès
Bourgmestre d'Uccle

Une explication qui fait bondir le bourgmestre d'Uccle, Boris Dilliès (MR). "Ce n'est pas du tout ce que nous demandons! Nous demandons, au moins, la réouverture, en permanence, de 300 mètres de voirie, entre la drève de Lorraine et l'avenue du Brésil", explique le libéral. "On est vraiment devant un enfant qui n'a pas ce qu'il veut et qui casse son jouet", déplore-t-il.

Jeudi, le tribunal de première instance a condamné Bruxelles à "mettre un terme à la situation (...) d'illégalité relative à la fermeture (actuelle, ndlr.) à la circulation de la boucle sud du bois". Philippe Close annonce aujourd'hui vouloir faire appel de la décision.

De son côté, la ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van den Brandt (Groen), a fait savoir via sa porte-parole qu'elle était convaincue qu'une solution concertée pouvait être trouvée avant décembre. Un voeu également exprimé par l'échevin de la Mobilité de la Ville, Bart Dhondt, sur Twitter.

Une bataille de longue haleine

Le bois de la Cambre fait l'objet d'une passe d'armes entre communes bruxelloises depuis la crise sanitaire. À la fois lieu de détente et porte d'accès à Bruxelles pour les automobilistes venant du Brabant, il avait été rendu totalement piéton au début du confinement. 

300
mètres de voirie
La commune d'Uccle, par la voix de son bourgmestre, dit réclamer l'ouverture permanente de 300 m de voirie dans le bois, entre la drève de Lorraine et l'avenue du Brésil.

Face à la levée de boucliers de certaines communes avoisinantes, dont Uccle et Rhode-Saint-Genèse, et aux embarras de circulation dans le quartier, la Ville, gestionnaire du bois, revoit sa copie début juin et rouvre la boucle nord aux automobilistes.

À la fin de l'été, Bruxelles décide de lancer une phase test de deux mois afin d'envisager un plan de circulation définitif. Depuis le 14 septembre, l'avenue de Diane est à double sens entre l'avenue Louise et l'avenue de Fré alors que la boucle sud reste piétonne, mais accessible aux bus de la Stib, aux transports scolaires et aux véhicules prioritaires.

A la suite de cette décision, Uccle attaque Bruxelles en référé et gagne: la Ville est condamnée à trouver une alternative à la situation actuelle.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés