Le chômage a grimpé en Belgique

Belga ©BELGA

Dans les trois Régions du pays on a noté une hausse du chômage en 2013.

Il y a, en Belgique, 31.030 personnes supplémentaires inscrites comme demandeurs d'emploi en 2013, par rapport à 2012. Au total, on dénombre 595.902 chômeurs.
•  En Wallonie, les chiffres du Forem montrent une nouvelle hausse. Alors que le sud du pays comptabilisait à la fin décembre 2012, 246. 818 demandeurs d'emplois inoccupés, ils sont aujourd'hui 257.056, soit une hausse de 10.238 personnes. Les jeunes âgés entre 25 et 30 ans semblent les plus touchés. Ainsi, d'après les chiffres du Forem, la demande d'emploi dans cette catégorie enregistre une hausse de 7,7%. D'après les statistiques, il s'agit de la plus forte hausse du point de vue des classes d'âge. Petit réconfort, la plus faible progression s'observe parmi les personnes de moins de 25 ans (+ 0,7% à un an d'écart).
Si on s'en tient uniquement au niveau des demandeurs d'allocations et jeunes en stage d'insertion professionnelle recensés à fin décembre 2013 - soit 224.725 personnes à la fin décembre - pas moins de 14,3% de la population wallonne active se retrouve aujourd'hui au chômage. C'est 0,5% de plus par rapport à il y a un an.
D'après les statistiques du Forem, c'est au niveau du sillon Sambre et Meuse et de la botte du Hainaut que les indicateurs sont les plus élevés.
Au niveau du profil, le chômeur wallon est à 53% masculin. Par ailleurs, 23% des demandeurs d'emploi en Wallonie sont âgés de moins de 25 ans, 24% ont 50 ans et plus. Au niveau des qualifications, 47% sont au plus diplômés de l'enseignement secondaire du 2ème degré.
•  A Bruxelles, le taux de chômage reste tout aussi préoccupant qu'en Wallonie. La bonne nouvelle vient de la baisse du chômage chez les jeunes. À la fin décembre, Actiris enregistre une baisse de 1.086 jeunes chercheurs d'emploi en moins en un an. "Cela signifie que le taux de chômage des jeunes a atteint en décembre 29,4% contre 31,7% l'année passée", note Actiris. Sur une base annuelle, "le nombre de jeunes chercheurs d'emploi a baissé de 7,2% sur base annuelle", précise le bureau bruxellois de l'emploi.
Cette petite lueur ne doit pourtant pas cacher le problème. On dénombre à la fin 2012 à Bruxelles 109.276 demandeurs d'emploi inoccupés, soit une augmentation de 1.249 personnes par rapport à l'année précédente (+ 1,2%).
Le chômage dans la capitale touche en outre 20,4% de la population active (19,9% pour les hommes et 20,9% pour les femmes).
•  En Flandre, la crise économique qui a déjà frappé de nombreuses entreprises en 2012 a continué à faire des ravages. Le taux de chômage dans la population active est passé à 7,76% à la fin 2013, contre 7,11% à la fin 2012.
À la fin décembre 2013, le nord du pays comptait 229.570 demandeurs d'emplois. C'est 19.543 chômeurs de plus ou une hausse de 9,3% par rapport à la fin 2012. Le constat est lourd car la Flandre avait déjà dû encaisser une hausse de 9,4% à la fin 2012.
La hausse frappe notamment les jeunes de moins de 25 ans (+ 4%) et les personnes peu qualifiées (+ 4,2%). Mais  c'est surtout du côté des demandeurs d'emploi très qualifiés, comme les diplômés, que l'augmentation surprend: + 16,1%. Un autre constat est la hausse de 12,2% du nombre de demandeurs d'emploi âgés de plus de 50 ans. En cause ici, la limite d'âge pour la "maxi-exemption", qui est passée de 58 à 60 ans en Flandre. Mais à l'inverse de la Wallonie et de Bruxelles, le problème flamand semble plus conjoncturel.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés