Le gouvernement bruxellois manque de concret

Rudi Vervoort, ministre-président bruxellois ©Photo News

Rudi Vervoort a lu sa déclaration de politique générale pour Bruxelles. L'opposition dénonce le recyclage de vieilles idées et l'absence de gestes forts.

Les attentats pèsent toujours sur les recettes de la capitale, mais cela n'arrêtera pas Rudi Vervoort qui compte bien mettre en place une série de réformes en matière d'emploi, de logement, de mobilité et de développement territorial. Il le fera tout en veillant à conserver un budget à l'équilibre l'an prochain. Mais comment va être alloué le budget 2017?

• 30 millions de plus dans la dotation au communes
 36 millions d'euros de plus dans le fonds de compensation fiscale à l'attention de celles-ci
 28 millions d'euros de dépenses au profit des dispositifs de sécurité régionaux et des zones de police
• 21 millions d'euros qui sera consacré contrat d'insertion lancé en 2016 pour stimuler l'emploi

Il a également confirmé la poursuite de la réforme de la fiscalité régionale, de la Stratégie 2025 pour l'économie et l'emploi, et la définition des orientations permettant de recentrer plus de 200 millions d'euros de moyens vers les demandeurs d'emploi à travers les politiques des "groupes cibles".

M. Vervoort a par ailleurs évoqué les grandes orientations du projet de Plan Régional de Développement Durable aux horizons 2025 et 2040. Celui-ci sera mis à l'enquête publique en janvier.

Manque de concret et d'originalité

Nous sommes à mi-législature, et je ne vois pas ce qui fonctionne mieux.
Vincent De Wolf
Chef de file MR

"Une telle déclaration revient un peu à annoncer la création d'une société de recyclage de vieilles idées", a ainsi commenté Vincent De Wolf. Le chef de file du MR a notamment cité, à titre d'exemple l'annonce de l'objectif de réduction de 20% du trafic automobile à l'horizon 2025 et de la création de places de parking de dissuasion, déjà inscrites dans le plan Iris 2 des déplacements; "l'énième" engagement à évaluer l'allocation-loyer pilote; ou encore la réforme des groupes-cibles en matière d'emploi à l'heure où celle de la Flandre est déjà opérationnelle.

"Nous attendions des gestes forts face aux défis en matière d'emploi, de logement, de-mobilité et d'environnement, après l'année épouvantable qu'ont vécu les Bruxellois, mais nous n'avons eu droit qu'à des bon mots", a quant à elle jugé la cheffe du groupe Ecolo, Zoé Genot. De nombreux projets régionaux progressent très lentement: la régionalisation de la loi du bail ("et rien contre les loyers abusifs"), le soutien à l'emploi aux groupes cibles, les allocations familiales... En mobilité, Zoé Genot a relevé la volonté de diminuer un peu la pression automobile, mais sans s'opposer à l'élargissement du Ring. Elle s'est dite inquiète de voir émerger un nouveau Plan Régional de Développement Durable (PRDD) qui table sur la création de 25.000 places de parkings en plus.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés